VIDEO. Gouvernement: Mais c'est quoi un ministre d'Etat?

QUÈSACO Trois ministres ont ce titre dans l’équipe d’Edouard Philippe. Et ce n’est pas qu’honorifique…

Dorian Debals

— 

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, a annoncé la composition du nouveau gouvernement mercredi 17 mai 2017.

Le secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler, a annoncé la composition du nouveau gouvernement mercredi 17 mai 2017. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Gérard Collomb, Nicolas Hulot et François Bayrou. Trois personnalités et aussi « ministres d’Etat ». Une dénomination apparue sous Louis XIII et qui désignait alors les plus proches conseillers du roi. Sous les IIIe et la IVe Républiques, le titre était attribué à des personnalités politiques ou non, afin de leur permettre de participer au gouvernement sans avoir la charge d’un ministère.

Aujourd’hui, c’est avant tout symbolique : les ministres d’Etat arrivent en premier dans l’ordre protocolaire. Ils sont situés entre le Premier ministre et les autres ministres. Leur nombre au sein du gouvernement est cependant toujours très restreint.

Faire passer un message

Un seul pouvoir particulier : pouvoir organiser des réunions interministérielles, prérogative normalement réservée au Premier ministre.

Sous la Ve République, ce titre est souvent attribué à des personnalités charismatiques, caution morale du gouvernement. Et exceptionnellement à des personnes qui n’appartiennent pas au monde politique. André Malraux et Nicolas Hulot, nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, sont les deux seuls membres de la société civile à avoir reçu ce privilège. Seulement trois femmes ont été ministres d’Etat depuis 1958 : Nicole Questiaux, Simone Veil et Michèle Alliot-Marie.

>> A lire aussi : Quiz. Connaissez-vous bien les ministres du premier gouvernement Macron ?

Ce qualificatif permet, certes, au président de la République de flatter un allié ou un ami, mais surtout de faire passer un message en affichant ses priorités. Pour Emmanuel Macron, c’est donc la sécurité, l’écologie et la justice. Des thèmes qui ont pourtant trouvé peu d’écho dans sa campagne. Ce n’est en revanche pas une obligation : François Hollande n’avait par exemple nommé aucun ministre d’Etat durant son quinquennat.