Photographie prise durant le 15e congrès du FN à Lyon, le 29 novembre 2014.
Photographie prise durant le 15e congrès du FN à Lyon, le 29 novembre 2014. - AFP PHOTO / JEFF PACHOUD

Lors de son discours ce dimanche soir, après sa défaite au second tour de l’élection présidentielle contre Emmanuel Macron, Marine Le Pen a évoqué la possibilité d’un changement de nom pour le Front national

Quelques minutes après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle, Marine Le Pen a pris la parole pour livrer son analyse : « Par ce résultat historique et massif, les Français ont désigné l’Alliance patriote et républicaine comme la première force d’opposition au projet du nouveau Président », a-t-elle déclaré devant ses militants au bois de Vincennes.

>> A lire aussi : VIDEO. Présidentielle: Et maintenant, quel futur pour Marine Le Pen?

« Une nouvelle force politique, qui, par définition, n’aura plus le même nom »

Elle a ensuite annoncé que le Front national devait « se renouveler afin d’être à la hauteur de cette opportunité historique et des attentes des Français ». Un renouvellement qui passe par une transformation du mouvement frontiste : « Je proposerai donc d’engager une transformation de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique. »

Au même moment, Florian Philippot, qui se trouvait sur le plateau de France 2 pour la soirée électorale, a annoncé que le parti allait « se transformer en une nouvelle force politique, qui, par définition, n’aura plus le même nom. »

>> A lire aussi : Résultat présidentielle: Pour Jean-Marie Le Pen, Florian Philippot est «l’un des principaux responsables» de la défaite de Marine Le Pen

Des réunions prévues « dans les prochains jours » sur le sujet

Parmi les possibilités, on trouve « l’Alliance patriote et républicaine ». Une appellation utilisée par Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan lors du ralliement de ce dernier, le 29 avril dernier. Selon le quotidien Libération et Marianne, le parti pourrait également prendre le nom « Les Patriotes ». Une dénomination déposée par un proche de Florian Philippot, au printemps 2015. Le journal explique également que d’autres hypothèses sont envisagées, mais elles reposent sur des structures existantes, comme le Mouvement national républicain (MNR), fondé en 1999 par Bruno Mégret après sa scission avec le parti de Jean-Marie Le Pen.

Le président d’honneur du Front national ne semble pas très ouvert à un changement de nom : « Je ne laisserai pas le nom du Front national disparaître comme cela, il y aura un congrès et ce sera aux militants de décider, ce n’est pas à monsieur Philippot de décider », a-t-il dit au micro de Franceinfo. Le secrétaire national aux fédérations du FN a précisé à Marianne que des réunions sur le sujet étaient prévues « dans les prochains jours ».

Mots-clés :