Présidentielle: Pour les «Insoumis», «la menace du pire ne marche pas»

VOUS TEMOIGNEZ Entre désillusion, et désir d’avenir, les jeunes mélenchonistes préparent l’après 1er tour...

Adrien Briand

— 

Le logo de la France Insoumise

Le logo de la France Insoumise — Arnaud Andrieu

  • Après les résultats du 1er tour, les Mélenchonistes semblent privilégier l'abstention.
  • Mais cette déconvenue ne fait pas émerger un plan d'action concret pour la suite.

Voter ou s’abstenir ? Quelques jours après la défaite de Jean-Luc Mélenchon au 1er tour de l’élection présidentielle, la France Insoumise, en se relèvant doucement, est perplexe. Alors que leur leader ne souhaite pas indiquer pour qui il votera le 7 mai, le mouvement a ouvert une consultation auprès des militants pour tomber d’accord sur un choix de vote. Nous avons demandé aux Mélenchonistes du groupe 20 Minutes #MoiJeune ce qu’ils en pensaient.

>> A lire aussi : Présidentielle: Jean-Luc Mélenchon ne dévoilera pas son vote avant le 7 mai

« En attente des législatives, le second tour ne nous satisfera pas, quel qu’en soit le résultat », indique d’entrée de jeu François. « Pour beaucoup d’entre nous, le menace du pire ne marche pas, explique Nicolas. Entre plus de libéral-capitalisme qui a de bonnes chances de se mettre en branle, et un programme haineux et rétrograde qui a peu de chance de pouvoir se mettre en place, seul Nostradamus peut nous dire lequel des deux permettra de mieux rebondir par la suite. » La déconvenue est réelle, et Ania se retrouve « déprimée » à aller voter au second tour. Seuls elle et Lucas, parmi la dizaine de personnes interrogées, feront barrage au FN, « malgré le banquier d’en face » : « Il sera beaucoup plus simple pour nous de faire passer nos idées et convictions sous un gouvernement Macron », pense Lucas.

>> A lire aussi : Alexis Corbière, porte-parole de la France insoumise: «Pas une voix pour le FN»

>> A lire aussi : VIDEO. Présidentielle: Marine Le Pen multiplie les appels du pied aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon

« Continuer à se mobiliser pour les législatives »

Les Mélenchonistes interrogés se concentrent aussi les législatives de juin prochain. « Cette défaite est tout sauf un coup d’arrêt, c’est un merveilleux point de départ, indique Adel avec optimisme. J’espère une mobilisation pour les législatives, pour une entente des forces de gauche, afin de créer une opposition efficace ». Lucas, lui, parle de « vraie chance » et de « porte ouverte » pour les idées du candidat de gauche. En revanche, Marc, qui a « peur des ralliements à Macron », est plus nuancé, et attend de voir « ce que ça donne au PS ». Toujours est-il que malgré une entente sur le fond et la marche à suivre, aucun plan d'action concret n'émerge pour l'instant, si ce n'est une «participation» aux débats, tout en espérant que la présence numérique des Insoumis, rendue possible par la campagne, ne tombe en désuétude.