Assistants parlementaires du FN: La justice demande la levée de l'immunité de Marine Le Pen

PRESIDENTIELLE « C’est normal, c’est la procédure tout à fait classique », a réagi la candidate FN à l’élection présidentielle…

Fabrice Pouliquen

— 

Marine Le Pen dans «Le Grand Débat» sur  BFMTV et CNews, le 4 avril 2017.

Marine Le Pen dans «Le Grand Débat» sur BFMTV et CNews, le 4 avril 2017. — Lionel BONAVENTURE / AFP

La justice française a demandé au Parlement européen de lever l’immunité de Marine Le Pen, indique ce vendredi matin l’AFP, confirmant une information d’Europe 1. La requête a été formulée fin mars et concerne l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs de plusieurs assistants FN au Parlement européen. « C’est normal, c’est la procédure tout à fait classique », a réagi la candidate FN à l’élection présidentielle sur franceinfo. « Je pense que c’est la procédure normale », a-t-elle ajouté.

Pouvoir l’entendre dans cette affaire

Cette levée d’immunité permettrait d’entendre la dirigeante du Front national dans ce dossier. La même demande a été formulée pour la députée européenne Marie-Christine Boutonnet, précise Europe 1. Le 22 février, Marine Le Pen avait été convoquée par la police qui souhaitait l’entendre dans cette affaire dans le cadre d’une audition libre.

>> A lire aussi. Assistants parlementaires du FN: Louis Aliot n’aurait échangé qu’un SMS avec son assistant… pourtant rémunéré 31.000€

Mais elle avait refusé de s’y rendre, protégée par son immunité parlementaire. Elle arguait qu’elle ne répondrait à aucune convocation policière ou judiciaire jusqu’aux élections législatives. Evoquant les mêmes raisons, elle ne s’était pas non plus rendue à

Pas de décision avant la fin de la présidentielle ?

L’examen de cette demande, qui au Parlement européen fait l’objet d’un vote en séance plénière, prend en général plusieurs mois, préciseFrance Inter. Il y a peu de chance dès lors que la décision intervienne avant la Présidentielle.

Le 2 mars dernier, le Parlement européen avait déjà levé l’immunité parlementaire de la dirigeante d’extrême droite concernant une enquête sur la diffusion d’images d’exactions du groupe Etat islamique sur son compte Twitter.