Sur le plateau du débat pour la présidentielle diffusé le 21 mars 2017.
Sur le plateau du débat pour la présidentielle diffusé le 21 mars 2017. - Patrick KOVARIK / AFP

Le CSA s’est dit ce mercredi « préoccupé » par la date du débat choisie par France 2, le 20 avril, étant trop proche du scrutin pour permettre de répondre aux polémiques. Le gendarme de l’audiovisuel a proposé de mettre en œuvre un « dialogue » entre les chaînes et les candidats à l' élection présidentielle.

Le président du CSA, Olivier Schrameck, a fait part de sa « préoccupation » sur le sujet dès le 24 mars à la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, selon un communiqué du CSA.

>> Quel candidat à l’élection présidentielle correspond le mieux à vos idées ? Testez notre boussole ici dans sa version optimisée ou ci-dessous.

Un avis qui concorde avec ceux de Mélenchon et Macron

Le Conseil précise que « cette préoccupation est relative à l’émergence possible à l’occasion de ce débat d’éléments nouveaux de polémique électorale auxquels des candidats mis en cause ne seraient pas en mesure de répondre utilement, compte tenu de la brièveté du temps qui leur serait laissé ».

Les candidats Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron ont fait part de leurs doutes mardi à propos de l’organisation de ce débat de « dernière minute », à trois jours du 1er tour. Le candidat de la France insoumise a annoncé qu’il ne participerait pas à un débat « au-delà du lundi 17 avril ». Emmanuel Macron a appelé mercredi matin le CSA à se saisir de l’affaire : « Nous (les candidats) avons autre chose à faire que de courir de chaîne en chaîne pour multiplier les débats à onze », a-t-il lancé sur Europe 1.

>> A lire aussi : Les téléphones portables interdits de plateau lors du prochain débat

« Un dialogue » en vue d’un « accord général »

Le CSA propose de « mettre en œuvre un dialogue aussi rapide que possible tant avec les candidats à l’élection qu’avec les radios et les télévisions se disposant à organiser de telles émissions, en vue de parvenir à un accord général conforme aux principes applicables au débat électoral ».

Le CSA a rappelé aux chaînes « la nécessité de s’enquérir de l’accord des candidats pour la participation à de tels échanges ainsi que pour la détermination de leurs modalités ».

Mots-clés :