VIDEO. Front national: Gilbert Collard veut «virer» Florian Philippot

POLITIQUE Le député du Gard serait prêt à se présenter contre le numéro 2 du FN lors du prochain congrès, selon une biographie de Florian Philippot à paraître jeudi…

20 Minutes avec AFP

— 

Gilbert Collard (à g.) et Florian Philippot avec Marine Le Pen, à Paris le 7 avril 2016.

Gilbert Collard (à g.) et Florian Philippot avec Marine Le Pen, à Paris le 7 avril 2016. — CHAMUSSY/SIPA

« Si Marine ne remporte pas la présidentielle, il [Florian Philippot] va s’en prendre plein la gueule. » Gilbert Collard, député apparenté FN du Gard, déclare vouloir « virer » le vice-président du Front national en se présentant contre lui à l’élection interne du parti lors du prochain congrès, d’après des propos rapportés dans une biographie de Florian Philippot à paraître jeudi.

>> A lire aussi : Florian Philippot s'emporte face à Anne-Sophie Lapix

Le député du Gard, contempteur régulier du numéro 2 du FN, serait prêt à se présenter à l’élection du comité central (CC) lors du prochain congrès afin de « virer Philippot », écrivent en citant l’avocat les journalistes de LCP Astrid de Villaines et Marie Labat dans leur livre Philippot 1er (Plon). Gilbert Collard n’est toutefois pas membre du parti pour l’instant, ce qui l’empêcherait de se présenter au CC.

« Si Marine ne remporte pas la présidentielle, il va s’en prendre plein la gueule »

Ce congrès est prévu à l’automne ou à l’hiver prochain. Lors du dernier, fin 2014 à Lyon, Marion Maréchal-Le Pen était arrivée en tête et Florian Philippot 4e, une contre-performance pour le numéro deux officieux du parti.

>> A lire aussi : Florian Philippot et le comédien Franck de Lapersonne dans une mise en scène «malaise»

Plusieurs frontistes considèrent que l’influence de Florian Philippot sur la ligne du FN pourrait être remise en cause lors de ce congrès si Marine Le Pen échouait à passer le cap du premier tour de la présidentielle ou en cas de défaite trop large au second. Marine Le Pen fait toutefois pour l’instant une campagne présidentielle moins focalisée qu’en 2012 sur les questions économiques et sociales, telle la sortie de l’euro, chères à Florian Philippot.

« Trop colérique », « pas drôle »

Le livre détaille aussi l’animosité dont fait l’objet l’eurodéputé au sein de l’extrême droite. « Il n’y a de rivalités qu’entre des gens qui sont d’égale dimension. Philippot ne m’est pas comparable », dit par exemple Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN, exclu en août 2015 mais réintégré par la justice.

Au sein même du parti, si on salue ses talents de communicant ou sa force de travail, le livre rapporte des propos peu amènes : « Il ne sait pas mettre de liant », tranche Jean-Lin Lacapelle, secrétaire général adjoint du parti. « Trop colérique », « pas drôle », juge le trésorier Wallerand de Saint-Just.

Enfin, Florian Philippot, à qui ses adversaires prêtent parfois une ambition supérieure à celle de faire parvenir Marine Le Pen à l’Elysée, indique aux auteurs ne pas fixer « de limites a priori » à ses objectifs. « En 2017, le FN, je vais voir comment ça tourne. Je vais pas forcément y rester des années », a-t-il confié il y a plusieurs mois en privé, selon des propos rapportés à l’Agence France presse.