Présidentielle: Philippe Poutou, le seul candidat qui risque de perdre son boulot

REPORTAGE Le prétendant du NPA se bat pour sauver l’usine Ford de Blanquefort (Gironde) tout en faisant campagne…

Julien Laloye

— 

Philippe Poutou, lors d'une grève à l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 2 septembre 2016.

Philippe Poutou, lors d'une grève à l'usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, le 2 septembre 2016. — UGO AMEZ/SIPA

De notre envoyé spécial en Gironde,

« Confirmation d’un appel à débrayage 13h-15h avec rassemblement pour faire le point sur la situation. Ça se passera sur le parking CE extérieur de l’usine ; » Philippe Poutou nous a donné rendez-vous, ce jeudi, par texto devant le siège de Ford Aquitaine Industrie, à Blanquefort (Gironde), tout près de Bordeaux. Le candidat du NPA à la présidentielle est remonté comme un coucou. Les dirigeants de l’entreprise américaine qui l’emploient depuis 2000 à la maintenance ont reporté un rendez-vous décisif pour l’avenir d’un site en perpétuel sursis. Trois mille salariés il y a quinze ans, à peine 950 aujourd’hui, qui se demandent ce qu’ils vont devenir après mai 2018. C’est à cette date que l’engagement du fabricant de voitures sur le maintien de l’emploi en Gironde deviendra caduc.

>> A lire aussi : Les ouvriers de l'usine Ford, inquiets pour leurs emplois, ont débrayé

Ils sont à peine une quarantaine à avoir répondu à l’appel de la CGT sur le fameux parking CE. « Les gens ont le cul dans la graisse, ils savent qu’ils ne trouveront jamais un meilleur job ailleurs, et pourtant ils ne se bougent pas, peste un participant. Heureusement qu’il y a Philippe et les autres pour se battre. » En bleu de travail et tee-shirt azur, « Philippe » harangue les troupes, sûr de son petit effet : la veille, la vice-présidente de Ford Europe, Linda Cash, qui ne danse pas le tango, a passé sa journée à l’usine.

Les syndicats souhaitaient lui faire connaître leurs inquiétudes. Consigne avaient été donnée de faire le ménage pour faire bonne impression. « De toute façon, ce n’était pas dur, la moitié de l’usine est vide, raconte Laurent, 17 ans de boîte au laboratoire de Chimie. Quand on pense à ce que Ford représentait à Blanquefort… »

Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort.
Philippe Poutou au milieu des ouvriers, le 9 mars 2017 à Blanquefort. - J.Laloye/20minutes

Pendant des années, c’était tout, comme Michelin à Clermont (Puy-de-Dôme), ou Peugeot à Sochaux (Doubs). Une entreprise qui structurait la vie d’un territoire, avec 4.500 employés à son apogée, dans une ville de 16.000 habitants. « J’ai vu l’usine se construire, se rappelle Dominique Clavet, rencontrée au centre-ville. Mon père était chef du personnel, mon mari a travaillé toute sa vie dans les ateliers… ça faisait vivre du monde. »Inaugurée en 1977 par la famille Ford elle-même, l’usine de Blanquefort a connu un déclin progressif, jusqu’à ne plus concerner grand-monde aux alentours.

Au Trio, le bar de refuge de la petite place centrale de Blanquefort, en face de l’église, Martine, au comptoir depuis sept ans, n’a rien à dire sur Ford. « Leurs ouvriers, on ne les voit pas, on ne peut pas dire qu’ils nous fassent travailler. Ce n’est même pas un sujet de conversation avec les clients, même si évidemment ce serait triste pour eux si ça fermait. »

Même son de cloche au chalet Aquitain, dont la survie pourrait pourtant inspirer les « Fordistes ». Au bord de la liquidation judiciaire il y a trois ans, ce fabricant de chaussures, a maintenu l’activité grâce à la mobilisation de ses salariés. « On n’est plus que onze et la production est tombée à 10.000 paires par an contre 600.000 à la grande époque, mais on a survécu », résume Marie-Hélène, qui aurait bien aimé voir les gars de Ford au soutien. « Philippe Poutou, je ne l’ai jamais vu dans le magasin pour s’acheter une paire de chaussures. On aurait peut-être pu créer des ponts à partir d’une rencontre, même fortuite. »

« Des premières grèves à 20 dans le vestiaire »

Le syndicaliste était trop occupé, déjà, par son combat pour sauver son job et celui de ses collègues. « Quand ça allait bien au début, Les premières grèves c’était des trucs à 20 dans les vestiaires pour les salaires, une fois par an, se marre l’intéressé. Il y avait de la fierté, on faisait nos deux heures de débrayage avec 15 types de la direction en ligne qui regardaient qui sortait du vestiaire. » Et puis la lutte est devenue plus sérieuse, les licenciements succédant aux licenciements, jusqu’au départ de Ford, en 2009, avec le retrait symbolique du logo de l’entreprise. « Un jour terrible, on n’était pas 100 à manifester au pied du panneau. Ça faisait bizarre vu ma position de manifester contre le départ d’une grosse multinationale capitaliste, mais on était persuadés que c’était le début de la fin. »

Jean-Luc Mélanchon truste les affiches devant l'usine Ford de Blanquefort.
Jean-Luc Mélanchon truste les affiches devant l'usine Ford de Blanquefort. - J.Laloye/20minutes

Poutou n’est pas encore un homme politique, mais il commence à se faire une réputation de dur à cuire dans le coin. « On a beaucoup travaillé de concert pour tenter de sauver le maximum d’emplois, se souvient Francis Wilsius. Philippe est parfois très extrême dans ses revendications, mais il a l’intérêt du collectif en lui », témoigne cet ancien salarié (« 38 ans de maison depuis l’ouverture »), devenu conseiller régional du PRG chargé de la délégation à la restructuration économique, une fonction qui lui permet de conserver un œil sur le futur de l’entreprise… et son ancien compagnon de lutte, qu’il a même décidé de parrainer en vue de l’élection présidentielle. « Parce que c’est normal qu’un ouvrier puisse se présenter, toutes les catégories doivent être représentées à ce rendez-vous. »

C’est ce statut de candidat qui avait tout changé pour Poutou en 2012, quand son nom avait été sorti du chapeau par le NPA. La direction de Ford elle-même ne refuse pas ce petit coup de pub bienvenu, alors qu’elle vient de faire son retour sur le site. Cinq ans plus tard, le fabricant ne semble pas s’émouvoir que son employé ait remis ça : « On fait le nécessaire afin qu’il puisse mener sa campagne [Philippe Poutou travaille deux jours par semaine à l’usine], explique un porte-parole de la firme, mais pour nous, c’est de l’ordre de l’anecdote. »

Philippe Poutou est au contraire persuadé que son combat politique lui permet de « protéger » l’usine de Blanquefort. « Les collègues sont contents que je sois à nouveau candidat, ça met la lumière sur eux, même ceux qui ne votent pas du tout à l’extrême gauche. Ils savent que quand on parle de moi, on parle de l’usine. Ça ne suffira pas à la sauver, mais c’est important. »

« Philippe a parfois du mal à admettre que dialoguer, ce n’est pas se rendre complice »

A l’heure du changement de shift de la mi-journée, ils ne sont que quelques-uns à franchir les nombreux tourniquets qui encadrent l’entrée dans las bâtiments. Mais ils se montrent plutôt admiratifs de l’énergie de Poutou à la tâche. Murielle, employée au contrôle métallurgique : « Il est toujours à l’écoute de nos problèmes. Quand j’ai eu quelques soucis avec des collègues disons "machos", il a été là pour moi. Lui au moins se bat pour que ça continue. Parce que les gens comme nous, qui ont 20 ans de boîte et presque 50 ans, comment on va faire pour se recycler demain si on perd notre travail ? ». « Philippe s’investit énormément dans le combat pour Blanquefort sans faire de prosélytisme pour son parti politique », abonde Jean-Luc Gassies, élu de la CFTC

« Je ne crois pas avoir pris la grosse tête, je suis pareil à la télé qu’avec les copains, reprend Poutou. Quand on fait 1 %, c’est compliqué, faut dire ! » Chez Ford, ce serait sans doute beaucoup plus. « Une fois j’avais dit que je passerais au second tour si seule l’usine votait, mais c’est pas si évident, parce que beaucoup ici vont s’abstenir. Parmi Fillon, Macron, ou Le Pen, les trois qui peuvent gagner, il y en a aucun qui semble se préoccuper de notre sort, alors que personne n’a intérêt à voir des emplois disparaître. On n’a qu’un an devant nous avant d’en arriver là ».