Prix de l'humour politique 2017: Cinq nouvelles «petites phrases» entrent en lice

HUMOUR Une troisième sélection pour cette 15e édition du prix interviendra « fin juin »…

20 Minutes avec agences

— 

La présidente de région Ile-de-France, Valérie Pécresse (LR).

La présidente de région Ile-de-France, Valérie Pécresse (LR). — SIPA

Qui succédera à l’ancien ministre Bruno Le Maire avec sa phrase « Mon intelligence est un obstacle » ? Le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » 2017 a dévoilé ce lundi dans un communiqué sa deuxième sélection de petites phrases, collectées depuis janvier. Parmi les propos retenus, ceux de Jean-Luc Mélenchon, le 20 janvier dans Marianne : « Si je suis élu, le siècle va commencer en 2017 ».

« Non, François, tu n’es pas seul, nous t’aimons et te protégerons »

Vient ensuite la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse, qui avait assuré à François Fillon le 29 janvier lors d’un meeting à La Villette : « Non, François, tu n’es pas seul, nous t’aimons et te protégerons. »

Ce dimanche, elle a pourtant appelé à rencontrer François Fillon pour évoquer une sortie « respectueuse » du candidat, avant de changer à nouveau d’avis. Sur Twitter, elle a réaffirmé ce lundi qu’elle soutenait son projet et souhaitait faire campagne pour lui.

« J’ai refusé d’être candidat car j’avais peur d’être au second tour »

Autres petites phrases qui ont retenu l’attention du jury, présidé par l’ancien PDG de l’AFP, Jean Miot : celle de Nicolas Hulot à propos de la présidentielle sur LCI le 2 février : « J’ai refusé d’être candidat car j’avais peur d’être au second tour. » Mais aussi Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, qui avait dit sur RTL le 19 février : « La moitié de nos électeurs sont passés chez Macron et je crois que l’autre est déjà en marche. »

Une troisième sélection prévue pour « fin juin »

Et enfin les propos, le 28 février dans Le Monde, de Richard Ferrand, secrétaire général d’En marche ! : « Fillon et Le Pen pourront bientôt faire du covoiturage pour aller voir le juge d’instruction. »

Le jury a également complété sa sélection de « hollanderies » avec cette « petite phrase » de François Hollande : « Heureusement que le Canard enchaîné est un hebdomadaire et pas un quotidien sinon imaginez où on en serait avec Fillon ». Une troisième sélection pour cette 15e édition du prix est attendue pour « fin juin »

 

Mots-clés :