Saint-Paul (Ile de la Réunion), le 12 février 2017. François Fillon est parti rencontrer ses sympathisants alors que l'enquête judiciaire le visant se poursuit.
Saint-Paul (Ile de la Réunion), le 12 février 2017. François Fillon est parti rencontrer ses sympathisants alors que l'enquête judiciaire le visant se poursuit. - Richard BOUHET / AFP

A plus de 9.000 kilomètres de Paris, il danse le sega et assiste à la messe, comme si de rien n’était. Sur l’Ile de la Réunion, François Fillon poursuit, ce dimanche, sa campagne en vue de l’élection présidentielle tel un candidat normal. « Sur l’enquête judiciaire, on ne s’attend à rien de particulier, lâche à 20 Minutes un de ses proches très serein. On ne fait pas de pronostics… »

>> Réunion: Le sermon très politique auquel Fillon a assisté

Un moyen de contredire l’article paru, ce matin, dans Le Journal du Dimanche qui assure que le parquet national financier (PNF) s’apprête à lancer des poursuites après avoir enquêté sur les soupçons d’emplois fictifs qu’aurait occupés Penelope Fillon.

Quel type de poursuites ? Soit l’ouverture d’une information judiciaire en vue d’une possible mise en examen, soit la citation directe devant un tribunal correctionnel. « On le sait, les avocats de François Fillon s’attendent à des poursuites », assure carrément Laurent Valdiguié, du Journal du Dimanche.

« Pour nous, l’enquête du PNF est illégale »

Après 17 jours d’enquête préliminaire, difficile, pourtant, de connaître précisément ce que les magistrats du PNF envisagent. Perquisitions, auditions de tous les protagonistes : ils n’ont pas ménagé leurs efforts sans que l’on puisse déterminer quelles suites ils envisagent donner à cette affaire. « Aucune décision n’est prise [à ce jour], aucun calendrier n’est fixé », assurent-ils dans une déclaration liminaire ce dimanche.

>> Justice: Fillon peut-il être mis en examen avant la présidentielle ?

« De toute façon, pour nous, l’enquête du PNF est illégale, se contente de réagir Pierre Cornut-Gentille, l’avocat de Penelope Fillon, auprès de 20 Minutes. Au titre de la séparation des pouvoirs, nous demandons toujours à ce qu’il se dessaisisse officiellement. »

La mise en examen ? « Le pire scénario »

S’ils ne le disent pas clairement, les avocats des époux Fillon ont tout de même envisagé les différents scénarios. Même les plus mauvais pour eux. Si leurs clients venaient à être convoqués directement devant un tribunal, il est probable qu’ils dénonceront un « procès politique » destiné à « empêcher un candidat à se présenter à une élection ».

>> Portrait: Eliane Houlette, la procureure qui a le destin de Fillon entre ses mains

Reste l’hypothèse la plus probable de l’ouverture d’une information judiciaire confiée à des juges d’instruction indépendants. Une voie qui pourrait mener François Fillon à une mise en examen. Or, le candidat de la droite et du centre l’a assuré sur TF1, il renoncera à se présenter dans un tel cas. « C’est le pire scénario, poursuit un de ses proches. On ne l’envisage clairement pas ! »

Mots-clés :