François Fillon et son épouse à leur arrivée à la Villette le 29 janvier 2017
François Fillon et son épouse à leur arrivée à la Villette le 29 janvier 2017 - Eric FEFERBERG / AFP

Encore une fois il aurait peut-être mieux fait de se taire. Ce dimanche à la Villette, François Fillon est monté à la tribune « devant 15.000 fiertés françaises ». Objectif :  mettre un terme au Penelopegate, qui a éclaté le mardi 24 janvier au soir avec les révélations du Canard Enchaîné.

Un seul compte, vraiment ?

L’orateur aguerri a la voix blanche. « Je veux dire à Penelope que je l’aime. ». Puis il affirme: « Nous n’avons rien à cacher, notre seul compte en banque est au Crédit agricole de Sablé ». Sauf que cela serait en contradiction avec les exigences de l’Assemblée nationale, comme l’ont immédiatement relevé Libération et la députée Laurence Abeille.

Un compte dédié à l’IRFM, une obligation de l’Assemblée nationale

Les députés perçoivent en effet une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) . Cette indemnité, d'un montant de 5770 euros brut au 1er janvier 2016, doit uniquement être utilisée pour les frais liés à la permanence parlementaire (location et fonctionnement) et à l'hébergement, les frais de transport du député et de ses collaborateurs, de communication, de représentation et réception, ainsi que de formation. Pour éviter tout enrichissement personnel, les députés doivent avoir  un compte dédié à l'IRFM à partir duquel il ne peut être fait de virement vers un compte personnel. La part non consommée de l’IRFM doit aussi être reversée en fin de mandat.

>> A lire par là : PenelopeGate : « La communication de François Fillon est totalement carbonisée »

Des enfants présentés comme avocats, mais encore étudiants

François Fillon devrait donc logiquement avoir au moins deux comptes bancaires.

Déjà jeudi 26 janvier au soir, il avait voulu anticiper de nouvelles attaques en déclarant : « Lorsque j’étais sénateur, il m’est arrivé de rémunérer pour des missions précises deux de mes enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences ». Or, selon l’annuaire du barreau consulté par l’AFP, ses enfants n’étaient pas encore officiellement avocats lors de leur « mission » au Sénat. Une « imprécision de langage », avaient défendu ses proches. 

>> A lire aussi : Affaire Penelope Fillon : Pourquoi les politiques emploient si souvent leurs proches

Mots-clés :