Gérard Filoche, le 27 septembre 2012 à Toulouse
Gérard Filoche, le 27 septembre 2012 à Toulouse - ERIC CABANIS / AFP

Officiellement exclu. La justice a débouté mercredi l’ancien inspecteur du travail Gérard Filoche, qui conteste son éviction de la primaire à gauche et avait assigné le Parti socialiste, son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, et des organisateurs de ce scrutin.

>> A lire aussi : Primaire à gauche: Sept candidats retenus, deux recalés

Cette décision « constitue une validation judiciaire (du) travail » de la Haute Autorité pour des Primaires Citoyennes, a réagi son président Thomas Clay, en indiquant que le secrétaire national du PS Fabien Verdier, qui avait également attaqué son éviction en justice, avait lui aussi été débouté.

Aucune preuve 

Dans sa décision, le juge des référés du Tribunal de grande instance de Paris souligne que Gérard Filoche « ne rapporte pas la preuve qu’il satisfait aux conditions de candidature des membres du Parti Socialiste ». Le juge estime en effet qu’il n’y pas « lieu à référé », en d’autres termes qu’il ne peut pas se prononcer en urgence sur les demandes de Filoche.

« C’est bien dommage de ne pas pouvoir défendre les petits salaires, les petites retraites, la distribution des richesses » lors de la primaire, a réagi auprès de l’AFP Filoche, qui n’exclut pas totalement de faire appel.

« Mon tempérament serait d’y aller, mais je n’ai pas les sous », a-t-il ajouté, indiquant que « le seul obstacle (à une poursuite de son combat judiciaire) était financier ». Selon lui, la décision du juge « laisse une porte ouverte », même si le temps presse.

Mots-clés :