« Une fois qu’on est inscrit sur les listes électorales, on arrête de subir la vie politique »

REPORTAGE Pour lutter contre l’abstention en Seine-Saint-Denis, l’association «2017 Avec nous» va à la rencontre des habitants de Villetaneuse…

Coralie Lemke

— 

L'association a installé son imprimante à la sortie d'un magasin de hard discount.

L'association a installé son imprimante à la sortie d'un magasin de hard discount. — C. LEMKE/20MINUTES

Il y a une photocopieuse, plusieurs exemplaires de formulaires Cerfa et des conseillers pour s’inscrire sur les listes électorales. Rien à voir avec un service de la mairie. On est bien à la sortie d’un magasin de hard discount. Lundi dernier à Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), les bénévoles de l’association 2017 Avec nous ont décidé de combattre l’abstention en allant directement à la rencontre des habitants.

>> A lire aussi : Nord: Ils s’engagent pour tenter de faire baisser l’abstention électorale à Roubaix

« On a décidé de s’installer en bas des immeubles et aux caisses des magasins en début de soirée, quand les gens rentrent chez eux après le travail. En général, ils ont leurs papiers d’identité sur eux pour pouvoir s’inscrire », explique Dieunor Excellent, président de cette association de Seine-Saint-Denis. Un département qui détient les records d’abstention en France. Elle s’élevait à 23,56 % au deuxième tour de la présidentielle et à 57,28 % au deuxième tour des législatives de 2012.

« Du coup, j’irai voter en 2017 »

Certains passent avec leur caddie sans même leur adresser un regard. D’autres, comme Najoua, sont plus motivés. « Je suis partie chez moi récupérer ma carte d’identité et un justificatif de domicile puis je suis revenue ici pour entamer les démarches. Je ne sais pas si j’aurais pris le temps de passer à la mairie. Mais là, c’est sûr, j’irai voter en 2017 », explique cette dame qui vit dans un immeuble non loin du supermarché. Sur une table, elle signe un mandat autorisant l’association à apporter son dossier en mairie à sa place.

>> A lire aussi : A Paris, les inscriptions sur les listes électorales sont en hausse par rapport à 2011

Peu de passants ont un justificatif de domicile sur eux. « Ça n’est pas un problème. On prend leurs numéros de téléphone et on fait un suivi avec eux dans la semaine », poursuit Dieunor Excellent.

Il s’est entouré de bénévoles motivés. Réginald, assistant d’éducation dans un collège de la ville, est content de contribuer au « vivre-ensemble ». Emilie, qui dit ne pas avoir de convictions politiques particulières, propose aux personnes intéressées de s’assoir sur des chaises de camping pendant qu’elle fait des photocopies. « C’est de la tchatche et de l’administratif. Deux choses que je sais bien faire. »

La mairie ferme à 17h

Elle prend en charge Djita, une jeune maman qui a récemment déménagé. Elle passait juste acheter des gaufres mais s’est arrêtée au stand de 2017 Avec vous. « Avant, on était à Epinay. Il y a quelque temps, on s’est installés à Villetaneuse pour se rapprocher de l’école des enfants. Je savais qu’il fallait que je me réinscrive. Mais c’est difficile quand on finit tard », explique-t-elle, un œil sur son formulaire Cerfa. La mairie de la ville n’est pas ouverte le midi et ferme à 17h le soir.

>> A lire aussi : Elections: «13 millions de personnes sont gênées en France dans leur droit de vote»

En tout, les bénévoles ont lancé une quinzaine de procédures d’inscription sur les listes électorales ce soir-là. « C’est le meilleur moyen qu’on ait trouvé pour approcher les gens qui ne votent pas », explique Dieunor Excellent. « S’inscrire, c’est s’émanciper sur le plan citoyen. Une fois qu’on est inscrit, on arrête de subir la vie politique et on y participe. » Avec son équipe, ils reviendront au même endroit jusqu’à la fin de l’année, en comptant sur le bouche-à-oreille pour attirer du monde. Pour voter notamment à la présidentielle de 2017, l’inscription sur les listes n’est possible que jusqu’au 31 décembre.