Elle n’a jamais caché son estime pour celui qui était encore il y a peu le benjamin du gouvernement. Mais Ségolène Royal a surpris ce dimanche en laissant entendre qu’elle pourrait le soutenir lors de la prochaine élection présidentielle.

« Il fait un effort sur comment penser l’avenir de la France dans un monde qui bouge », a dit la ministre de l’Environnement, invitée de l’émission Punchline, dimanche sur la chaîne C8, en indiquant qu’Emmanuel Macron « amène de l’air à la vie politique ».

« Rien n’est fermé »

« Je m’impliquerai forcément dans la campagne (…), de quelle façon et (pour) qui, je ne sais pas encore », a déclaré l’ex-candidate à la présidentielle de 2007. Comme la journaliste Laurence Ferrari lui demandait si elle pourrait soutenir un candidat en dehors de la primaire à gauche, la ministre a répondu : « rien n’est fermé ».

Des désaccords avec Manuel Valls

Interrogé sur lacandidature de Manuel Valls, elle a souligné qu’elle avait eu des « divergences très fortes (avec lui) sur la vision du futur et notamment sur la place des choix environnementaux ».

Ségolène Royal n’a jamais hésité à clamer son désaccord avec Manuel Valls que ce soit sur la question des boues rouges ou sur celle de Notre-Dame des Landes.