Hollande: Renoncer à un autre mandat sous la Ve République n'est pas si nouveau

PRESIDENTIELLE François Mitterrand et Jacques Chirac auraient pu postuler à un troisième mandat, mais ils ne l'ont pas fait. Quant aux autres présidents, ils ont démissionné ou échoué à se faire réélire…

Olivier Philippe-Viela

— 

François Hollande à l'Elysée, jeudi 1er décembre.

François Hollande à l'Elysée, jeudi 1er décembre. — France 2

La surprise est à la mesure de l’annonce : François Hollande ne sera pas candidat à un second mandat présidentiel. Institutionnellement, c’est inédit. Sous la Ve République, plusieurs présidents ont renoncé à un troisième mandat, mais jamais à un second auquel ils auraient pu prétendre. Petit rappel des sorties des présidents depuis 1958.

>> A lire aussi : Suivez les conséquences et les réactions après l'annonce de François Hollande

Charles de Gaulle a démissionné

Charles de Gaulle, élu en 1958 puis réélu en 1965, avait quitté le pouvoir en démissionnant à la suite du référendum d’avril 1969.

Valéry Giscard d’Estaing défait

Georges Pompidou est décédé en cours de présidence, au bout de cinq ans, en 1974. Son successeur Valéry Giscard d’Estaing avait brigué un second mandat, annonçant sa candidature deux mois avant le scrutin en 1981, par une allocution de 10 minutes à la télévision. Mais il ne fut pas reconduit.

Mitterrand et Chirac renoncent, affaiblis par la maladie

Le gagnant de 1981, François Mitterrand, avait annoncé sa candidature en 1988 sur le plateau de France 2 fin mars. La première question du journaliste était directe, « Monsieur le président, êtes-vous candidat à un second mandat ? », la réponse dans le même esprit : « Oui », lâchait celui qui sera reconduit dans ses fonctions après un second tour face à Jacques Chirac. En 1995, alors qu’il peut se présenter pour un troisième mandat, le président diminué par son cancer renonce.

Chirac lui, à la manière de François Hollande, n’a rien fait comme les autres. Mais il a bien été candidat à un second mandat en 2002, et pour l’annoncer, a choisi de répondre lors d’un passage à Avignon à une question de la maire de la ville sur le sujet. Alors que la plupart auraient botté en touche en attendant un contexte plus adéquat, Jacques Chirac a déclaré : « Vous m’avez posé une question directe et franche, et bien j’y répondrai dans le même esprit : oui, je suis candidat. »

Pour les mêmes raisons que son prédécesseur, Jacques Chirac, affaibli, ne postule pas à un troisième mandat. Il aurait pu, car la Constitution ne précise que depuis 2008 que « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Il l’annonce en mars 2007, sans soutenir son ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, candidat de son parti à sa succession.

Sarkozy battu

Nicolas Sarkozy s’était également présenté devant les Français pour un second mandat, et l’avait annoncé sur TF1. Mais il avait été battu par François Hollande.