La députée UMP Valérie Boyer débat à l'Assemblée nationale
La députée UMP Valérie Boyer débat à l'Assemblée nationale - CHESNOT/SIPA

« C’est quelque chose que je n’enlève jamais (…), que j’ai toujours sur moi. Vous pouvez le regarder sur les photos et je pense qu’il n’y a pas de commentaire à faire parce que ce n’est pas un symbole d’oppression, bien au contraire. » C’est en ces termes que Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon, a répondu dimanche soir sur le fil Twitter de FranceInfo à la polémique suscitée par sa croix arménienne.

La députée des Bouches-du-Rhône arborait ce bijou autour de son cou, dimanche soir lors du direct de la chaîne publique France 2. Et la croix arménienne n’a pas manqué de faire réagir téléspectateurs et internautes.

Un signe d’opposition au principe de la laïcité

Si le pendentif affiché par cette proche de François Fillon ne constitue pas un signe religieux ostensible au regard de la loi, le bijou a été abondamment commenté sur les réseaux sociaux. Une croix qui a été vue par certains comme un signe d’opposition au principe de la laïcité affiché par celle qui assimile, par ailleurs, le port du voile à un enfermement.

Et si Valérie Boyer a assuré au micro de FranceInfo qu’elle n’enlevait jamais son bijou, les médias et les internautes n’ont pas manqué de remarquer que la croix n’était plus visible lors des interviews données par la députée des Bouches-du-Rhône plus tard dans la soirée.

Retrouvez notre dossier consacré à la primaire à droite par ici.

Mots-clés :