Primaire à droite : La victoire de François Fillon saluée par la Russie, l’Allemagne inquiète

ELECTION Accusé par certains d’une trop grande proximité avec Vladimir Poutine, le vainqueur de la primaire s’est prononcé pour une levée des sanctions européennes contre Moscou…

H. B. avec AFP

— 

Poutine a loué le professionnalisme de Fillon, en course pour l'investiture à la primaire de la droite

Poutine a loué le professionnalisme de Fillon, en course pour l'investiture à la primaire de la droite — Alexei Druzhinin/AP/SIPA

L’écrasante victoire de François Fillon, ce dimanche à la primaire de droite, a beaucoup fait réagir. En France, mais aussi à l’étranger. Les médias russes ont salué ce lundi le triomphe du conservateur François Fillon, considéré comme le candidat le plus pro-russe en politique internationale.

Le présentateur vedette de la chaîne publique russe Vesti, principale voix médiatique du Kremlin, a interrompu son journal d’information dans la nuit de dimanche à lundi pour annoncer la victoire du candidat français. « Les forces de droite relèvent la tête dans toute l’Europe », s’enthousiasmait pour sa part le présentateur du journal de l’autre chaîne publique, en commentant la victoire de François Fillon. « Qui va maintenant imposer des sanctions et contre qui ? Les temps changent, et ces méthodes sont dépassées », a-t-il renchéri.

Ses positions pro-russes inquiètent Angela Merkel

En Allemagne, c’est un tout autre son de cloche. La perspective de voir François Fillon accéder à la présidence française suscite certaines inquiétudes. La « russophilie » du candidat conservateur en ferait un allié inconfortable pour Angela Merkel. « Dans le domaine diplomatique, cela risque de poser problème entre Fillon et Berlin avec en premier lieu la politique envisagée envers la Russie », estime Barbara Kunz, chercheuse au Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa).

>> A lire aussi : Vladimir Poutine salue les qualités de «grand professionnel» de François Fillon

Accusé par des adversaires d’une trop grande proximité avec Vladimir Poutine, François Fillon s’est prononcé pour une levée des sanctions européennes contre Moscou adoptées suite à l’annexion de la Crimée et a soutenu l’intervention russe en Syrie par souci d’efficacité dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI). Des positions qui le placent en porte-à-faux avec la chancelière allemande, déjà inquiète à l’idée d’un rapprochement entre Donald Trump et Vladimir Poutine.