Que Jean-Marie Le Pen reste président d'honneur du FN est une «aberration» pour sa fille

FRONT NATIONAL La justice a validé ce jeudi l’exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN demandé par la direction du parti. Mais le « menhir » reste président d’honneur…

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen, lors d'un meeting à Béziers en 2014.

Marine Le Pen, lors d'un meeting à Béziers en 2014. — SYLVAIN THOMAS / AFP

Le Front national devra rouvrir ses portes à Jean-Marie Le Pen : la justice a validé jeudi son exclusion en tant que membre, mais a estimé qu’il restait malgré tout président d’honneur.

« Du grand n’importe quoi »

Une décision qui ne fait pas du tout plaisir à sa fille, Marine Le Pen, à la tête désormais du parti. Celle-ci a jugé « aberrante » cette situation créée par cette décision de justice. candidats aux législatives, éventuellement « concurrents » de ceux du FN. « C’est du grand n’importe quoi » s’est-elle indignée devant quelques journalistes. « On peut donc rester président d’honneur d’un parti, sans en être membre, et donc pourquoi pas en étant membre d’un autre parti politique ».

>> A lire aussi: Pour la quatrième fois, Jean-Marie Le Pen retrouve le FN au tribunal

Le FN prépare un appel

Selon Nicolas Bay, numéro trois du parti, le FN « va regarder la réponse juridique » à apporter à cette question de la présidence d’honneur, avec un éventuel appel. Selon un responsable du FN, ce sujet pourrait être évoqué lors d’une prochaine réunion interne.

En attendant, Jean-Marie Le Pen « devra être convoqué en qualité de membre de droit de toutes les instances » statutaires du parti dirigé par sa fille Marine Le Pen et pourra y « participer », « sous astreinte de 2.000 euros par infraction constatée », écrivent les juges. Cette décision de justice tombe à quelques mois de la présidentielle, pour laquelle Jean-Marie Le Pen n’a toujours pas dit clairement s’il soutiendrait sa fille.

« Le passé du Front National »

Pour les frontistes, il n’y a pas d’impact électoral à prévoir. « Les péripéties juridiques ne changent rien à la décision politique intégrée par les électeurs », a indiqué Nicolas Bay. « Jean-Marie Le Pen est le passé du Front national ».

>> Lire aussi: Si Donald Trump veut joindre Marine Le Pen, « il a son numéro »

Verra-t-on « Le Pen » débarquer dans une réunion dirigeante frontiste ? En commission d’investiture, c’est possible. Mais pas dans le nouveau conseil stratégique, lancé mercredi et qui devrait donner son avis sur la campagne présidentielle. « Jean-Marie Le Pen n’en est pas membre » de droit, puisque ce n’est pas dans les statuts, a relevé Jean-Lin Lacapelle, adjoint de Nicolas Bay au secrétariat général du parti.