Le chef de l'Etat François Hollande
Le chef de l'Etat François Hollande - FREDERICK FLORIN / AFP

Manuel Valls l’avait déjà laissé entendre lors d’une interview à la BBC ce dimanche. L’exécutif va demander au Parlement une nouvelle prolongation de l’état d’urgence au-delà de son terme actuel en janvier, a confirmé ce mardi le Premier ministre.

Depuis Marrakech, le président François Hollande a également affirmé qu’il voulait le prolonger « jusqu’à l’élection présidentielle » d’avril-mai 2017, dans une interview accordée à France 24, RFI et TV5 Monde.

« La France doit aussi être lucide sur la menace. C’est pour cela en effet que nous proposerons au Parlement de prolonger l’état d’urgence », avait déclaré dans l’après-midi le Premier ministre lors de la séance des questions à l’Assemblée nationale, invoquant notamment les élections en 2017. Il s’agira de la cinquième prolongation de ce régime prévu par la Constitution, qui permet notamment des assignations à résidence et élargit les possibilités de perquisitions.

Pas de précision sur la durée envisagée pour cette prolongation

L’exécutif a pris cette décision « parce qu’il y a notre engagement en Irak et en Syrie. Parce qu’il y a ce niveau de menace. Parce que nous rentrons aussi dans une phase électorale et que la démocratie est très directement visée par les terroristes », a justifié le Premier ministre. « Tous les jours, toutes les semaines, des réseaux djihadistes sont démantelés, des personnes sont interpellées, des attentats sont régulièrement évités », a encore souligné Manuel Valls.

>> A lire aussi : Quel est le niveau de risque terroriste en France ?

Le Premier ministre, qui avait déjà dit à la BBC que l’état d’urgence serait « sans doute » prolongé « de quelques mois », n’a pas précisé la durée envisagée de cette prolongation. Mais les règles régissant l’état d’urgence prévoient de toute façon que « la loi portant prorogation de l’état d’urgence est caduque à l’issue d’un délai de quinze jours francs suivant la date de démission du gouvernement ou de dissolution de l’Assemblée nationale », ce qui arrivera de fait avec les échéances électorales.

Mots-clés :