«Casse-toi pauv’ con!»: Et si Nicolas Sarkozy avait emprunté la formule à son grand frère Guillaume?

INSOLITE Dans «Tu sais, c’est pas fini», un livre à paraître ce mardi et qui revient sur la jeunesse de Nicolas Sarkozy, on apprend la relation difficile qu’il entretenait avec son grand frère qui lui répétait souvent «Casse-toi petit con»…

Fabrice Pouliquen

— 

C'est sans doute la phrase que tout un chacun retiendra du mandat de Nicolas Sarkozy: le «Casse-toi pauv'con» lancé à un badaud au Salon de l'agriculture le 23 février 2008. 

C'est sans doute la phrase que tout un chacun retiendra du mandat de Nicolas Sarkozy: le «Casse-toi pauv'con» lancé à un badaud au Salon de l'agriculture le 23 février 2008.  — AFP

« Casse-toi, pauv’con ». D’où vient cette formule utilisée par Nicolas Sarkozy alors président de la République pour rembarrer un visiteur du Salon de l’agriculture en février 2008. Peut-être du plus profond de son enfance. Dans le livre Tu sais, c’est pas fini, à paraître le 1er novembre et que Le Scan du Figaro a pu consulter, l’auteure, Laura Pouget, raconte les 28 premières années de Nicolas Sarkozy et revient à plusieurs reprises sur les relations conflictuelles entre l’ancien président de la République et son frère aîné, Guillaume.

« Je suis le nul de la famille »

Elle explique comment l’ancien président de la République, surnommé « Nicky » puis « Cocola » pour son amour du chocolat, s’est construit en opposition à son grand frère. Nicolas était moins bon à l’école, moins érudit, peu sûr de lui tandis que son grand frère, de quatre ans son aîné, excellait en tout, rapporte Le Figaro.

« Je suis le nul de la famille », se présentait alors Nicolas aux parents de ses amis d’école selon des propos rapportés dans le livre. Laura Pouget aborde tant les disputes fraternelles au domicile de la rue Fortuny (17e) où Nicolas Sarkozy a grandi, que celles à Pontaillac, en Charentes-Maritimes, où la famille se rendait les étés.

Dans ce chapitre, l’auteure raconte que Guillaume Sarkozy, excédé par son petit frère, le rembarrait régulièrement en lui assénant un « Casse-toi petit con » qui n’est donc pas sans rappeler la formule utilisée par l’ancien chef d’Etat en février 2008.

Et aussi le périple en Europe de l’Est

Le Figaro dévoile d’autres anecdotes racontées dans ce livre. Comme ce périple en Europe de l’Est que Nicolas Sarkozy a fait alors qu’il était tout juste bachelier. Voyage dont il revient avec les 4.000 francs de l’héritage de son grand-père maternel qu’il cache… dans son slip. Voilà peut-être qui explique d’autres comportements !