Nicolas Sarkozy et Martin Hirsch se penchent sur l’insertion

SOCIAL – Il annonce un contrat unique d’insertion. Un «Grenelle de l'insertion» devrait voir le jour…

— 

Le gouvernement exclut de mettre en place avant 2010 le "bouclier sanitaire" proposé par Martin Hirsch pour limiter les dépenses de santé des revenus modestes, qui pourraient s'accroître après l'instauration, de plus en plus contestée, de franchises médicales en 2008.

Le gouvernement exclut de mettre en place avant 2010 le "bouclier sanitaire" proposé par Martin Hirsch pour limiter les dépenses de santé des revenus modestes, qui pourraient s'accroître après l'instauration, de plus en plus contestée, de franchises médicales en 2008. — Jean-Pierre Clatot AFP/Archives

L’insertion, nouveau chantier de Nicolas Sarkozy. En visite à Dijon avec Martin Hirsch, le chef de l’Etat a annoncé mardi la mise en place d'un «contrat unique d'insertion», fusionnant la dizaine de contrats aidés existants, valable pour le public et pour le privé, sans toutefois fixer de calendrier, mardi à Dijon.

Il a également chargé Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives, d'organiser un «Grenelle de l'insertion». Mais là encore le Président s’est contenté de faire une annonce sans livrer de date de mise en oeuvre. Hirsch devra aussi « réfléchir à la fusion des minima sociaux et à la question du bouclier sanitaire», a affirmé Nicolas Sarkozy. Ce bouclier doit permettre de fixer le maximum de dépenses de santé non remboursées pour les ménages modestes.

Minima sociaux

Parmi les minima sociaux, on trouve le RMI, mais aussi d'autres aides comme l'allocation de parent isolé (API) ou l'ASS (allocation spécifique de solidarité). Selon une étude de la Drees (ministère du Travail et des Solidarités) datant d'octobre 2006, le nombre d'allocataire de minima sociaux (RMI, API, ASS...) atteignait 3,5 millions de personnes en 2005, soit 7,5% de la population âgée de 20 ans et plus.

Les deux hommes sont actuellement en visite en Côte d’Or, l'un des premiers départements prêts à expérimenter le revenu de solidarité active (RSA), une idée lancée par l'ancien président d'Emmaüs.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.