Primaire à droite: Qui sont les mouvements de jeunes des candidats?

JEUNES A l'occasion d'une soirée de lancement «Les Jeunes avec Sarkozy» samedi, «20 Minutes» a interrogé les responsables des mouvements...

Thibaut Le Gal

— 

«Les Jeunes avec Bruno Le Maire»...

«Les Jeunes avec Bruno Le Maire»... — Facebook

Ils sont au tractage, donnent de la voix lors des meetings ou tiennent les comptes Snapchat des candidats. Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire… tous ont leur mouvement de « Jeunes avec… » pour la campagne. Samedi, les « Jeunes avec Nicolas Sarkozy » effectuent leur soirée de lancement à Paris, en compagnie de proches du patron des Républicains (pas encore déclaré). L’occasion de revenir sur ces mouvements.

Les Jeunes avec Sarkozy

Sacha Straub Kahn

Responsable : Sacha Straub-Kahn, 21 ans, étudiant à Sciences po Paris, non encarté. « Je fais partie des bébés Sarkozy. J’avais 11 ans en 2007 et j’ai suivi la campagne de 2012. C’est lui qui m’a donné goût à la politique. De manière plus pragmatique, je pense que Nicolas Sarkozy a encore des choses à dire. Son bilan a été caricaturé mais il était en avance sur plein de sujets, comme sur le statut d’auto-entrepreneur, très à la mode aujourd’hui ».

Le mouvement : Initié en octobre 2015, lancé officiellement samedi. « On a voulu créer le mouvement avec l’esprit start-up. L’idée est de créer un maillage territorial, coordonner les comités locaux, les aider pour la logistique. L’objectif est d’appeler à la candidature de Nicolas Sarkozy et d’être prêt dans l’optique d’une campagne ».

L’ampleur : « On a à peu près 500 militants actifs, dans une cinquantaine de comités départementaux. Une bonne partie est encartée. Nous avons aussi des comités thématiques : jeunes agriculteurs, entrepreneurs, forces de l’ordre, personnel de santé, sportifs, juristes ». Page Facebook : 9.350 like.

Les Jeunes avec Copé

Sophia Bahri

Responsable : Sophia Bahri, 27 ans, déléguée nationale Jeunes Républicains depuis cinq ans. Après des études en communication politique et publique, elle travaille dans la communication en collectivité territoriale. « J’ai rejoint Jean-François Copé lors de son élection à la tête de l’UMP en 2012 car je connaissais son travail réalisé à Meaux (Seine-et-Marne), et je pensais que c’était un bon ministre du Budget. C’est une personnalité énergique, un homme déterminé et droit ».

Le mouvement : Lancé le 10 mai. « Les jeunes doivent être les porte-paroles du candidat, véhiculer les idées que nous portons. Certains sont sur les réseaux sociaux, d’autres enrichissent les propositions du candidat ».

L’ampleur : « On a 80 référents présents dans les départements mais pas de chiffres précis sur le nombre de jeunes dans le mouvement », assure-t-elle. Page Facebook : près de 1.500 like.

Les Jeunes avec Juppé

 Matthieu Ellerbach

Responsable : Matthieu Ellerbach, 25 ans, ancien étudiant de l’ESCP, aujourd’hui à Sciences po Paris. Encarté très jeune à l’UMP, Matthieu a rendu sa carte, déçu par la fin de quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il rejoint Alain Juppé en septembre 2014. « Il nous faut un homme d’Etat pour engager les réformes nécessaires pour la jeunesse. Je soutiens l’homme plutôt qu’un parti ».

Le mouvement : Lancé le 2 juin dernier. « Nous avons trois missions : être présent sur le terrain (tractage, porte-à-porte), sur les réseaux sociaux, et impliqués dans la construction du projet. On a des objectifs de recrutement par département pour véhiculer plus largement nos idées ».

L’ampleur : « Nous avons 180 comités jeunes en France et environ 2.000 personnes. 50 % sont des étudiants d’université (droit, médecine, histoire), 10-15 % de grandes écoles. Le reste : des jeunes actifs et personnes en IUT ou BTS. La majorité est non-encartée, avec une moyenne d’âge de 22-23 ans ». Page Facebook : 4.200 like.

Les Jeunes avec Le Maire

 Paul Guyot

Responsable : Paul Guyot, 27 ans, ancien étudiant de l’Essec et de Sciences po, aujourd’hui salarié dans une boîte de distribution de mode. Le délégué national Jeunes Républicains, encarté depuis 2012, a rencontré BLM en 2006. « Il était alors haut fonctionnaire. Le courant était bien passé. J’ai ensuite travaillé dans son cabinet en 2010 quand il était ministre ».

Le mouvement : Lancé en juin 2013. « Le 1e objectif est politique : recruter des jeunes sur le terrain pour pouvoir mobiliser rapidement lors des événements. On a aussi un côté plus fun pour se faire remarquer en cassant les codes habituels, à travers les T-shirt colorés ou sur Snapchat par exemple ».

L’ampleur : « On a 1.500 militants opérrationnels dans toute la France, des profils de 15 à 30 ans. Au départ, on était en majorité des CSP + de sciences po ou d’écoles de commerces, mais on a ouvert les réseaux pour attirer des profils divers, jeunes des milieux ruraux, salariés, apprentis. On a à la fois des militants et des non-encartés ». Page Facebook : 4.700 like.

Les Jeunes avec NKM

Gabrielle Amzal

Responsable : Gabrielle Amzal, 22 ans, étudiante en master 2 de gestion publique à Dauphine et l’ENA. Encartée depuis 2011, la responsable des Jeunes Républicains de l’Essonne a « toujours suivie » l’ancienne maire de Longjumeau. « Aucun candidat ne me plaisait. Je l’ai suivie quand elle s’est lancée. J’aime sa personnalité, c’est une femme forte, spontanée, qui n’a pas un discours partisan ».

Le mouvement : Lancé en mars. « Notre mission est de relayer les informations sur les réseaux sociaux, recruter des gens. Et chercher des parrainages de personnes encartées. Contrairement aux autres groupes, notre formation n’est pas vraiment scindée de l’équipe de campagne ».

L’ampleur : Aucun chiffre avancé. « On a plutôt des intellectuels très diplômés que de vrais militants, avec des non-encartés ou des gens du Modem également. Les profils sont en majorité des filles à 60-70 % [inversement proportionnel aux autres mouvements] ». Page Facebook : 180 like.

Les Jeunes Avec Fillon

Cédric Rivet-Sow

Responsable : Cédric Rivet-Sow, 22 ans, étudiant en communication, encarté à droite depuis 6 ans. « J’étais dans le 5e quand François Fillon s’est présenté aux législatives de 2012. Je l’avais déjà soutenu pour la présidence de l’UMP. C’est une personne que j’apprécie. Il a une vision pour le pays ».

Le mouvement : Lancé il y a un an. « Mon rôle est de coordonner les jeunes, effectuer un maillage territorial, mobiliser les troupes dans les départements et leur demande de faire remonter ce qui va bien et ce qui ne va pas. On engrange aussi de nouvelles personnes lors des meetings et déplacements ».

L’ampleur : « On est un peu plus d’un millier d’actifs. Sur les grosses métropoles, on a des jeunes de 23-24 ans en études supérieures, encartés dans les fédérations. Dans d’autres départements, on a des personnes dans la vie active, des étudiants, ou des jeunes en alternance ». Page Facebook :  près de 2.500 like.

Les Jeunes avec Mariton

Perrine Sabard

Responsable : Perrine Sabard, 21 ans, membre du Bureau national des Jeunes Républicains, étudiante en droit à Nanterre. « J’ai commencé à soutenir Hervé Mariton lors de la campagne à la présidence de l’UMP. Je l’ai rencontré lors d’un campus au Touquet. Le courant était bien passé. J’aime son côté libéral sans être libertaire, et sa gestion très décentralisée des collectivités territoriales ».

Le mouvement : Lancé en septembre 2015. « Je suis un couteau suisse. Je m’occupe de la communication des déplacements, des projets d’action. On a pris soin de placer des jeunes dans les référents locaux, sans faire de différence avec les moins jeunes. On réalise des campagnes de mailing pour inviter des gens à nous rejoindre ».

L’ampleur : « On est plus de 200 avec des profils variés. De l’étudiant en école d’ingénieur aux avocats. Des gens qui travaillent mais aussi des jeunes en lycée agricole, pas forcément tous encartés. On ne peut nier qu’il y a des liens assez forts avec les réseaux de la Manif pour Tous » . Page Facebook : 270 like.