#Culottegate: Michel Sapin revient sur son «geste inapproprié» et s'excuse

HARCELEMENT Le ministre des Finances nie cependant la version rapportée dans les médias…

H. B. avec AFP

— 

Le ministre des FinancesMichel Sapin.

Le ministre des FinancesMichel Sapin. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

L’affaire Baupin délie les langues. Michel Sapin, accusé d’avoir « fait claquer l’élastique de la culotte » d’une journaliste en marge du forum de Davos en 2015, reconnaît aujourd’hui « un geste inapproprié ».

Dans un communiqué, le ministre des Finances tient à clarifier les faits. Il souligne que « les circonstances actuelles » de l’affaire Baupin l'« obligent à apporter, en toute transparence, les précisions nécessaires » sur les faits qui lui sont reprochés.

>> A lire aussi : De DSK à aujourd'hui, les dérapages sexistes ont secoué la vie politique française

« Ces paroles et ce geste étaient inappropriés, et j’en ai été et en suis encore désolé »

« Lors d’un déplacement en janvier 2015 à Davos, au milieu d’une vingtaine de personnes, j’ai fait à une journaliste une remarque sur sa tenue vestimentaire en posant ma main sur son dos. Il n’y avait dans mon attitude aucune volonté agressive ou sexiste, mais le seul fait d’avoir choqué la personne en question démontre que ces paroles et ce geste étaient inappropriés, et j’en ai été et en suis encore désolé », affirme le ministre.

>> A lire aussi : Le sexisme, une question de génération?

Michel Sapin nie cependant la version qui a été rapportée dans les médias. « On est dans un domaine total de calomnie », a-t-il déclaré, appelant à ne pas « faire la confusion entre des noms qui n’ont rien à voir ». « Il s’agit d’allégations qui sont totalement fausses, qui sont d’ailleurs déclarées comme telles par des personnes qui pouvaient être directement ou indirectement concernées », a poursuivi le ministre. Michel Sapin a toutefois décidé de ne pas porter plainte en diffamation.

Dans leur livre intitulé L’Elysée Off sorti en avril, les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri avaient raconté que le ministre des Finances avait « fait claquer l’élastique de la culotte » de cette journaliste.