Nicolas Sarkozy drague les chasseurs

LES REPUBLICAINS L’ex-chef de l’Etat s’est longuement entretenu avec des chasseurs de la Somme…

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Opération séduction pour le chef des Républicains qui a passé plus d’une heure, ce lundi, en compagnie des chasseurs et pêcheurs à Amiens. Nicolas Sarkozy a abordé de nombreux sujets d’actualité avec cette partie de l’électorat, habituellement acquise à la droite mais qui, craignent les cadres du parti, pourraient se laisser séduire par le FN.

Zadistes, Nuit Debout, migrants…

« On ne peut fonctionner sans un minimum d’autorité. On ne peut pas avoir des minorités qui bloquent tout », a-t-il dit. Une allusion aux Zadistes de Notre-Dame-des-Landes, « qui vivent de nos impôts, du RSA, des subsides d’associations subventionnées ». Ainsi qu’aux « Nuit Debout » : « Quand on est debout la nuit, on est couché le jour », a-t-il taclé aussi.

>> A lire aussi : Nicolas Sarkozy réaffirme son soutien aux chasseurs

Il s'en est encore pris aux réfugiés de « la Jungle de Calais », aux « lycéens qui bloquent les lycées parce qu’ils ne sont pas contents de la loi El Khomri » et aux « étrangers en situation irrégulière qui investissent des équipements » scolaires…

Il a également affirmé vouloir « supprimer les contrôles fiscaux et sociaux pour les entreprises, sauf présomption de faute grave ».

« Faites quelque chose pour les oies »

Certains dans l’assistance ont mis en avant le vote Front national chez des électeurs « déçus par la droite et par la gauche ». Par exemple, a-t-on pu entendre, on empêche les chasseurs de « tirer les oies » après le 31 janvier, alors qu’elles arrivent au-dessus de la baie de Somme en février.

« Faites quelque chose pour les oies, le Front national reculera », des chasseurs ont promis à Nicolas Sarkozy. Des chasseurs qui n’ont toutefois pas hésité à déclarer qu’ils avaient été « déçus par la droite » qui, lorsqu’elle a été au pouvoir, « a préféré draguer le vivier écologique ».