Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine Le Pen lors de la fête de Jeanne d'Arc le 1er mai 2015 à Paris
Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine Le Pen lors de la fête de Jeanne d'Arc le 1er mai 2015 à Paris - Kenzo Tribouillard AFP

La guerre des Jeanne. Pour ce 1er mai 2016, le FN chamboule tout. Contrairement à Jean-Marie Le Pen, le parti frontiste ne se rendra pas devant la traditionnelle statue de la pucelle, place des Pyramides, mais devant une autre Jeanne, place Saint-Augustin, située à quelques mètres de là. Cette année, pas de défilé non plus, mais un « Banquet Populaire Patriote » place de la Villette, à l’issue duquel Marine Le Pen prononcera un discours. Comment l’expliquer ?

La raison invoquée par le parti : par mesure de sécurité

Raison invoquée par le parti : la sécurité. En février dernier, dans son magazine officiel, l’Etat islamique avait menacé le Front National.Une photo du traditionnel rassemblement du 1er mai figurait dans les pages du magazine francophone de propagande avec cette légende : « Rassemblement d’idolâtres du FN. Des cibles de premier choix ».

Le FN a décidé d’abandonner la marche des militants entre la rue de Rivoli et la place de l’Opéra. « Nous y sommes contraints pour des raisons de sécurité », réagissait le député du Gard Gilbert Collard. « Dans sa dernière vidéo, Daech menace directement le FN, nous ne pouvons donc pas faire courir de risques à nos militants ».

Marquer la rupture avec Jean-Marie Le Pen

« Etrecapable de faire du neuf ». Dans la bouche de Florian Philippot, comprendre : tourner la page Jean-Marie Le Pen. « C’est lui qui a lancé ce rituel du 1er mai en 1988 avec une volonté double : célébrer Jeanne d’Arc et concurrencer la fête du travail en montrant que le parti pouvait mobiliser le peuple », rappelle Sylvain Crépon, chercheur à l’université de Tours et spécialiste du FN. « La volonté de Marine Le Pen et de son entourage, notamment Florian Philippot est de couper définitivement le cordon. Le parti souhaite construire une nouvelle ritualité et une symbolique qui se démarque de l’ancien FN ».

« Le parti veut aussi éviter la mascarade familiale de l’année dernière », ajoute la politologue Virginie Martin. « La sortie de Jean-Marie Le Pen en imperméable rouge avait été moquée et détournée sur les réseaux sociaux. A travers ces moqueries, c’est aussi le FN qui avait été ridiculisé », rappelle-t-elle.

Jean-Marie Le Pen, qui n’a pas été convié au « banquet patriote », organise de son côté un rassemblement place des Pyramides et prononcera un discours d’une quarantaine de minutes. De quoi faire de l’ombre au parti frontiste ? « Dès lors qu’elle communique en disant qu’elle l’a exclu en bonne et due forme, qu’elle ne s’associe pas à ses rituels, ou qu’il ne participe aux manifestations du parti, c’est au contraire plutôt bénéfique pour elle », répond Sylvain Crépon.

Eviter les débordements

Avec cette organisation, le parti pourra mieux garder la main sur la journée. « Le FN a beau faire le ménage, ou en tout cas médiatiser ce ménage, il reste toujours des groupuscules de cranes rasés dans les défilés. Le banquet permettra de mieux contrôler les invités et établir une rupture avec le côté sulfureux du FN », assure le chercheur.

« A un an de la présidentielle, Marine Le Pen n’a d’autres choix que de continuer cette stratégie d’acceptation du FN dans le paysage politique », poursuit Virginie Martin. Ce que Jean-Marie Le Pen dit à Metronews avec son singulier langage. « Le Front national organise une guindaille, un déjeuner de têtes de veaux pour avoir les UMP chers à Jacques Chirac, et avec du saucisson ou du boudin pour les socialistes. Tout le monde sera content. »

Mots-clés :