VIDEO. Emmanuel Macron lance «En marche», son propre mouvement

PARTI Le ministre de l’Economie, qui se sent à l'étroit au gouvernement, a officialisé le lancement d’un parti « ni à droite ni à gauche »…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron, qui n'est pas encarté au PS, a lancé un mouvement transpartisan.

Emmanuel Macron, qui n'est pas encarté au PS, a lancé un mouvement transpartisan. — WITT/SIPA

Emmanuel Macron se lance véritablement en politique. Mercredi soir, à l’occasion de la quatrième « rencontre citoyenne » qu’il organisait à Amiens, sur ses terres, le ministre de l’Economie a officialisé le lancement de son propre mouvement politique baptisé « En Marche ». « J’ai pris du temps, j’ai réfléchi, j’ai consulté, j’ai associé et j’ai décidé qu’on allait créer un mouvement politique, un mouvement politique nouveau », a-t-il déclaré, ajoutant : « Se mettre en marche, ça commence ce soir ».

2017, pas une priorité

Le ministre de l’Economie a également tenu à réaffirmer qu’une candidature en 2017 n’était pas sa « priorité aujourd’hui ». « Ce ne sera pas un mouvement pour avoir un énième candidat à la présidentielle, ce n’est pas ma priorité aujourd’hui », a-t-il expliqué, évoquant néanmoins la nécessité de « construire la majorité » future.

>> A lire aussi : Si Macron était candidat à la présidentielle, il serait éliminé au premier tour

« Ni à droite, ni à gauche »

Ce « mouvement » qui ne sera « pas à droite, pas à gauche », se présente comme une antithèse des partis traditionnels : ouvert sur la société civile, participatif et collaboratif. S'il a revendiqué son ancrage à gauche, il a aussi dit qu'il voulait travailler avec des personnalités de droite. Et pour ce mouvement qu'il veut novateur, Emmanuel Macron avait exclu les journalistes de l'enceinte où il a annoncé son mouvement. Résultat, les reporters regardaient en direct son intervention sur YouTube...

Le ministre, qui n’a plus sa carte ​ au Parti socialiste​  a précisé que le site internet d'« En marche » devait être ouvert dès mercredi soir. « Il y aura une plateforme numérique, il y aura des volontaires », a-t-il détaillé, assurant vouloir un « mouvement ouvert » où il sera possible d’adhérer tout en restant adhérent d’un « autre parti républicain ».

>> A lire aussi: Que mijote Macron pour 2017?

Ce club transpartisan est pour le jeune ministre un moyen de commencer à exister en dehors du gouvernement. Emmanuel Macron aurait d’ailleurs averti François Hollande de cette initiative ce week-end. De là à dire que François Hollande approuve, voire pousse Emmanuel Macron à se lancer...

>> A lire aussi: Le Web raille le mouvement d’Emmanuel Macron