#NuitDebout: La gauche cherche ses marques face à la mobilisation citoyenne

POLITIQUE Plusieurs personnalités de gauche se sont exprimées face à ce mouvement...

T.L.G.

— 

Mouvement «Nuit debout» place de la République.

Mouvement «Nuit debout» place de la République. — Bertrand Combaldieu/AP/SIPA

« Quelque chose est en train de naître ». Depuis trois nuits, plusieurs centaines de manifestants occupent la place de la République à Paris. Rassemblés au départ contre la loi El Khomri, les manifestants espèrent fonder une « convergence des luttes ». Etonnée, séduite, ambitieuse… La gauche ne reste pas insensible face à ce mouvement. 20 Minutes vous dévoile le sentiment de quelques personnalités.

La séduction. Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a le sourire. Le cofondateur du Parti de gauche voit d’un bon œil la mobilisation. « C’est formidable de voir cette jeunesse remonter sur la scène avec une conscience sociale. On aurait payé qu’on n’aurait pas rêvé mieux », a-t-il lancé sur RTL-Le Figaro-LCI. Y a-t-il une convergence entre sa « France insoumise » et le mouvement citoyen place de la République ?

« Je ne veux pas récupérer le mouvement et je serai très fier que le mouvement me récupère », a glissé le candidat de la gauche. Jean-Luc Mélenchon a en revanche refusé de dire s’il se rendrait aux côtés des manifestants.

L’ironie. Jean-Christophe Cambadélis

Le patron du PS a usé d’une de ses célèbres formules dans l’Opinion pour caractériser (et décrédibiliser ?) le mouvement. « C’est plus Hyde Park que la Puerta del Sol ». Jean-Christophe Cambadélis rapproche donc la mobilisation parisienne avec celle du Speakers' Corner londonien (où les orateurs de tout horizon peuvent s’exprimer librement) plutôt qu’un mouvement d’ampleur et politique comme celui des Indignés espagnols de 2011. « Ce sont des prises de paroles […] et l’idée d’échanger. Ils sont d’ailleurs moins sectaires que notre débat politique […] Mais ce n’est pas aussi global que souhaiteraient certains ».

La modération. Julien Dray

La stratégie est à peu près la même pour Julien Dray. « Je sais pas s’il y aura un mouvement des Indignés (…) Il n’y a pas ceux qui ont le monopole de l’indignation et ceux qui ont le monopole de la résignation (…) Place de la République, il y a des discussions, il ne faut pas non plus surestimer ce qui est en train de se passer », assure le conseiller régional PS d’Ile-de-France et proche de François Hollande. Avant d’évoquer l’utopie des manifestants. « Il y a du rêve, tant mieux, de l’envie, tant mieux «. De l’exagération ? » Dans le rêve, il y a toujours de l’exagération », assure l’ancien trotskiste.

L’enthousiasme. Julien Bayou

Le porte-parole EELV était l’une des rares personnalités politiques présentes place de la République. Julien Bayou s’est montré enthousiaste face à « la démocratie en action ». L’écologiste a tweeté plusieurs reprises et filmé en direct depuis la place de la République.