La ministre du Travail Myriam El Khomri, le 3 février 2016 à Paris.
La ministre du Travail Myriam El Khomri, le 3 février 2016 à Paris. - THOMAS SAMSON / AFP

Face à la menace d'un mouvement social, le gouvernement a décidé de reporter la présentation du projet de loi Travail soutenue par la ministre Myriam El Khomri au 24 mars prochain. Initialement programmé le 9 mars en conseil des ministres, l'éxécutif souhaite «poursuivre la discussion» sur ce texte pourfendu par les syndicats et une partie de la gauche.

«Il faut lever un certain nombre d'incompréhensions, il faut expliquer, répondre à toute une série de fausses informations qui sont données sur ce texte. Donc, nous allons nous donner quelques jours supplémentaires avant le passage en conseil des ministres, une quinzaine de jours sans doute, ce qui ne change pas grand-chose par rapport au calendrier parlementaire initial qui était prévu», a déclaré depuis le Salon de l'Agriculturele Premier ministre Manuel Valls. Ce dernier a d'ailleurs nié tout recul : «Le recul, ce serait abandonner le texte».

>> A lire aussi : Réforme du droit du travail, les syndicats sonnent la charge contre le projet de loi El Khomri

Une réunion avec les partenaires sociaux

«Je vais recevoir, dans une semaine sans doute, l'ensemble des partenaires sociaux, organisations syndicales et organisations patronales, les unes après les autres», a ajouté le Premier ministre, précisant qu'il s'agirait ensuite de «pouvoir les réunir», avec les ministres Myriam El Khomri (Travail) et Emmanuel Macron (Economie), «pour restituer le débat».

La ministre, sur Twitter, a expliquer que ce temper permettrait d'«approfondirle dialogue» avec les syndicats:

Ce dimanche, le patron de la CFDT, Laurent Berger, avait plaidé pour ce report. Il a demandé au gouvernement de « repartir dans une discussion en tête à tête mais aussi avec tous les acteurs ». « Ce texte est totalement déséquilibré, il laisse trop de place à la flexibilité » et « s'il reste en l'état, la CFDT se mobilisera », a-t-il menacé.

 

Mots-clés :