Emmanuelle Cosse, alors secrétaire nationale d'EELV, le 9 janvier 2014 à Paris
Emmanuelle Cosse, alors secrétaire nationale d'EELV, le 9 janvier 2014 à Paris - JOEL SAGET AFP

Après l’entrée très critiquée de son ancienne chef de file au gouvernement, Europe Ecologie-Les Verts met les choses au clair. Emmanuelle Cosse, qui s’était « mise en retrait » d’EELV en devenant ministre du Logement, n’est ainsi, officiellement, plus membre du parti, révèle le Lab d’Europe 1.

>> A lire aussi: Des tweets gênants d’Emmanuelle Cosse refont surface

Alors qu’un certain flou demeurait sur la situation d’Emmanuelle Cosse, qui se présentait toujours comme membre d’EELV, les instances régionales du parti auraient ainsi signifié à la ministre, « par un courrier d’une phrase, qu’elles prenaient "acte de sa démission" », poursuit le site, selon lequel la manœuvre permet à EELV, qui ne voulait pas donner l’impression d’exclure Emmanuelle Cosse, de lui faire porter la responsabilité de cette rupture.

Lors du remaniement, les responsables écologistes n’avaient pas été tendres avec la nouvelle ministre, le sénateur Jean Desessard condamnant un «débauchage individuel» qui « [nuit] gravement à notre mouvement». La porte-parole Sandrine Rousseau avait elle dénoncé le choix d’Emmanuelle Cosse de poursuivre «une aventure personnelle».

Mots-clés :