Francois Hollande, la ministre de la Culture Fleur Pellerin et le président de l'Institut du Monde Arabe Jack Lang devant l'Institut le 15 janvier 2015
Francois Hollande, la ministre de la Culture Fleur Pellerin et le président de l'Institut du Monde Arabe Jack Lang devant l'Institut le 15 janvier 2015 - Ian Langsdon Pool

Jack Lang n’a pas apprécié la manière dont Fleur Pellerin a été « virée » du ministère de la Culture. « Ce qui me choque un peu c’est qu’on vire quelqu’un comme ça, sans aucun préavis d’aucune sorte. Elle a appris ça à la dernière minute », a critiqué le président de l’Institut du Monde arabe (IMA).

« Je n’ai pas trouvé très correcte la façon dont elle a été éjectée », a-t-il poursuivi. François Hollande « est un homme qui montre le plus souvent un sens de l’humain, un sens des personnes, un respect des autres. Il me semble que ce jour-là il a peut-être manqué de ce sens de l’humain », a conclu l’ancien ministre.

Il tance « l’immoralité » d’Emmanuelle Cosse

Plus globalement, l’ex-ministre de la Culture a fustigé la méthode suivie pour mener ce remaniement. « En France, il faut remarquer d’abord une chose, on a un génie particulier : en quelques heures, entre deux portes, on change un gouvernement, d’où le sentiment de replâtrage », a-t-il critiqué.

« Plus grave encore, l’instabilité ministérielle : trois ministres de l’Education en trois ans, trois ministres de la Culture en trois ans, trois ministres du Logement en trois ans… Comment conduire des politiques de changement, de transformation alors que les responsables sont sur des sièges éjectables ? », a fustigé Jack Lang. « Plus grave encore, c’est l’immoralité de certaines personnalités qui hier étaient les contempteurs les plus durs du président de la République, notamment sur la déchéance de nationalité, et aujourd’hui s’installent dans leur fonction comme si de rien n’était », a-t-il dénoncé, visant notamment Emmanuelle Cosse, nouvelle ministre du Logement et ancienne dirigeante écologiste opposée à l’extension de la déchéance de nationalité.

Mots-clés :