Le président François Hollande lors du JT de 20 heures en direct du palais de l'Elysée, le 11 février 2016.
Le président François Hollande lors du JT de 20 heures en direct du palais de l'Elysée, le 11 février 2016. - S. DE SAKUTIN / POOL / AFP

Beaucoup de sujets ont été posés sur la table. Invité des journaux télévisés de 20 heures de TF1 et France 2, François Hollande a, quelques heures après l’annonce du remaniement ministériel, répondu aux questions de David Pujadas et Gilles Bouleau. Référendum local, crise de l’agriculture, déchéance de nationalité, dossier syrien ou encore primaire à gauche, « 20 Minutes » vous livre un condensé de ce quil faut retenir de l’intervention du chef de l’Etat.

  • Trois grandes priorités pour le gouvernement

Le chef de l’Etat a fixé les « trois grandes priorités » du nouveau gouvernement Valls : « La sécurité, l’emploi et l’environnement ». Le gouvernement remanié ce jeudi devra « agir » et « réformer » d’ici 2017.

  • Un référendum local sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Le président François Hollande a annoncé jeudi son souhait que soit organisé d’ici au mois d’octobre « un référendum local » sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, pour sortir du « blocage » sur ce dossier. « A un moment, il faut prendre une décision. Nous savons que des travaux doivent commencer au mois d’octobre, eh bien, d’ici le mois d’octobre, je demande au gouvernement, avec les élus locaux qui partagent cette vision-là, d’organiser un référendum local pour que l’on sache exactement ce que veut la population », a déclaré le chef de l’Etat, réfutant au passage tout « marchandage » entre cette décision de référendum et l’entrée de ministres écologistes au gouvernement.

  • Une « flexisécurité à la française »

François Hollande souhaite mettre en place une « flexisécurité à la française » instaurant « une souplesse » pour permettre aux entreprises d’embaucher et « une sécurité pour les salariés qui peuvent connaître des mutations ». Interrogé sur le chômage qui ne cesse d’augmenter, comme la dette, le président de la République s’est défendu de vouloir agir « par calcul politique ».

« La durée du travail, le contrat de travail, le SMIC, tout cela fait partie de nos fondamentaux mais c’est vrai que c’est trop lourd », a-t-il dit. François Hollande a souhaité « souplesse et sécurité : souplesse pour les entreprises pour embaucher, et sécurité pour les salariés qui peuvent connaître des mutations ».

  • Une baisse des cotisations sociales pour les agriculteurs

« Le Premier ministre va annoncer avant le 17 février une nouvelle baisse des cotisations sociales, tout de suite, pour l’ensemble des agriculteurs ». Il a aussi assuré que les choses allaient également « bouger » au niveau européen, alors qu’un Conseil européen sur l’agriculture est prévu lundi.

  • La révision constitutionnelle et la déchéance de nationalité

« L’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité donne des garanties, permet de maîtriser son élargissement », a indiqué le chef de l’Etat. Le projet de révision « va maintenant aller au Sénat. Des débats vont avoir lieu, c’est légitime, des corrections vont sans doute se faire. Mais je ne souhaite pas que la navette dure trop longtemps », a-t-il déclaré. « Les Français veulent que ça se termine et moi aussi, parce qu’il y a d’autres textes, d’autres réformes. »

  • ​La primaire à gauche et sa candidature pour 2017

François Hollande ne « veut pas entrer dans le débat des primaires » et prendra sa décision pour 2017 le moment venu. « Il y a ce que font les partis, et c’est leur rôle, et il y a ce que j’ai à faire. Ce que j’ai à faire, c’est diriger le pays. Je prendrai ma décision le moment venu. Ce moment n’est pas venu », a-t-il déclaré.

  • L’arrêt des bombardements russes soutenant Bachar al-Assad

Le président François Hollande a demandé l’arrêt des bombardements russes en Syrie soutenant Bachar al-Assad, qui « massacre une partie de son peuple », et réitéré le souhait de voir le chef de l’Etat syrien quitter le pouvoir.

Mots-clés :