Le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany à l'Assemblée nationale à Paris le 23 juin 2015
Le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany à l'Assemblée nationale à Paris le 23 juin 2015 - PATRICK KOVARIK AFP

Patrick Balkany à nouveau dans la tourmente ? C’est ce qu’indique France Bleu Ile-de-France, qui s’est procuré un rapport sur la gestion de la ville de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), produit par la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France. Le document pointe du doigt la gestion du député-maire (Les Républicains) Patrick Balkany et un « trou » inexpliqué de quelque 120 millions d’euros.

Levallois-Perret : des anomalies dans la gestion de P. Balkany publié par Fil_Economie

La ville des Hauts-de-Seine est la plus endettée de France avec 8.344 euros par habitant en 2014. Ainsi, les magistrats estiment que les comptes ne donnent pas « une image fidèle de la situation financière » de Levallois-Perret. Les exercices 2007, 2011 et 2012, présentés comme équilibrés, étaient en réalité déficitaires, d’après la radio.

Un oubli de 117 millions d’euros

La chambre régionale des comptes met également en lumière des « oublis » de dépense d’un total de 117 millions d’euros entre 2007 et 2013. De plus, les magistrats révèlent dans leur rapport de 192 pages que, contrairement aux affirmations du député-maire Les Républicains, la ville a contracté des emprunts toxiques dont la renégociation a coûté pas moins de 17 millions d’euros à la commune.

Des responsables de l’administration seraient également gracieusement traités, poursuit France Info, qui cite le rapport. Ils recevraient notamment des primes d’heures supplémentaires irrégulières de plusieurs milliers d’euros par mois, des logements de fonction associés à des primes normalement réservées aux fonctionnaires qui n’ont pas de logement de fonction, des véhicules de fonction et des chauffeurs payés par la ville.

Patrick Balkany dans le viseur de la justice

Epinglé par la chambre régionale des comptes, Patrick Balkany est déjà mis en examen pour déclarations mensongères sur son patrimoine. D’après Mediapart, une enquête menée au Maroc par des juges et des policiers anticorruption français accable un peu plus le maire de Levallois-Perret et sa femme, dans le cadre de l’affaire de leur patrimoine caché.

Après la propriété de Giverny et la villa antillaise de Saint-Martin, la villa « Dar Gyucy » à Marrakech a été saisie dans le cadre de l’enquête sur le couple Balkany, mis en examen pour « corruption » et « blanchiment d’argent ».

Mots-clés :