François Hollande, illustration.
François Hollande, illustration. - PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Comme une odeur de remaniement dans l’air. Le départ de Laurent Fabius du quai d’Orsay ce mercredi devrait accélérer la valse des ministres prévues depuis quelques semaines. Le remaniement devrait intervenir jeudi. François Hollande sera d’ailleurs l’invité des journaux télévisés de 20h00 de TF1 et France 2. 20 Minutes fait le point sur les dernières rumeurs.

Une femme au quai d’Orsay ?

La ministre française de l’Ecologie, Ségolène Royal, à Paris le 14 janvier 2016 - PATRICK KOVARIK AFP


Laurent Fabius a fait ses valises diplomatiques. Qui pour le remplacer aux Affaires étrangères ? Depuis la démission de Christiane Taubira, plus aucun poste régalien n’est entre les mains d’une femme. Jean-Jacques Urvoas est désormais garde des Sceaux, Jean-Yves Le Drian à la Défense, et Bernard Cazeneuve à l’Intérieur. Les femmes se retrouvent exclues des postes clés et minoritaires au sein du gouvernement (18 hommes avant le départ de Fabius, 15 femmes).

Le chef de l’Etat pourrait résoudre l’équation en proposant le quai d’Orsay à une femme. Un temps annoncée, Martine Aubry a décliné l’offre. Reste Ségolène Royal, qu’on dit sur le départ du ministère de l’Ecologie. François Hollande lui avait d’ailleurs déjà trouvé un successeur en la personne de Nicolas Hulot. Mais l’animateur écolo a indiqué ne pas être intéressé. Autres noms évoqués pour le quai d’Orsay : Elisabeth Guigou, Jean-Marc Ayrault, Marisol Touraine ou le secrétaire d’État au Commerce extérieur et au tourisme Matthias Fekl, très populaire parmi les diplomates (contrairement à Ségolène Royal…)

Que faire des écolos ?

Emmanuelle Cosse le 12 novembre 2015 à Paris - BERTRAND GUAY AFP

 

François Hollande souhaiterait élargir sa majorité, en faisant revenir au gouvernement des membres d’EELV. Très critique à l’égard du gouvernement, Cécile Duflot n’en sera pas. Emmanuelle Cosse serait dans le viseur mais la secrétaire nationale du parti reste toujours opposée au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Le président de la République pourrait se contenter des écolos pro-gouvernement comme Barbara Pompili, François de Rugy ou Jean-Vincent Placé, qui ont quitté EELV en 2015.

Qui pour remplacer Sylvia Pinel ?

Le Premier ministre Manuel Valls et le président du PRG Jean-Michel Baylet le 20 septembre 2015 à Montpellier - SYLVAIN THOMAS AFP

 

Dans ce jeu de chaises musicales, une certitude : le départ de la radicale de gauche Sylvia Pinel du gouvernement. La ministre du Logement souhaite se consacrer à la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées où elle a été élue première vice-présidente.

Jean-Michel Baylet devrait entrer au gouvernement afin de compenser ce départ. Et si le patron des Radicaux arrivait à l’Agriculture pour remplacer Stéphane Le Foll, empêtré dans une crise du monde agricole. « Stéphane en a plein les bottes », lâchait récemment un poids lourd du gouvernement au Figaro.

Le cas Macron

Emmanuel Macron (g) discute avec Manuel Valls lors d’une séance de questions au gouvernement, le 9 juin 2015 à l’Assemblée nationale - DOMINIQUE FAGET AFP

 

Mardi soir, le ministre de l’Economie a critiqué la déchéance de nationalité portée par le gouvernement. « On ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale ». Une déclaration qui a obligé Manuel Valls à recadrer (une nouvelle fois) son ministre. « Tout le gouvernement est mobilisé (…) sur la protection, la sécurité des Français ». Malgré l’inimitié entre les deux hommes, le populaire ministre restera à Bercy.

Mots-clés :