Capture d'écran du discours de Najat Vallaud-Belkacem.
Capture d'écran du discours de Najat Vallaud-Belkacem. - DR

Négation des attentats du 11 septembre 2001 ou des voyages sur la Lune : les théories du complot qui fleurissent sur internet ne doivent pas être sous-estimées par l’école, qui doit former enseignants et élèves à démonter ces discours, ont plaidé mardi Najat Vallaud-Belkacem et des spécialistes.

A l’occasion d’une journée dédiée à la lutte contre ces rumeurs, la ministre de l’Education a fait preuve d’humour, évoquant les multiples théories la concernant. « J’ai découvert grâce à internet que j’attendais mon troisième enfant » et que « j’étais divorcée », a ironisé la ministre, citant aussi un « complot » contre l’accent circonflexe ourdi selon la Toile par elle lorsqu’elle était en cinquième.

>> Comment l’Education nationale veut contrer les théories du complot

Depuis son arrivée à la tête de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem est devenue la cible privilégiée de l’extrême droite, elle-même encline à relayer les théories les plus alambiquées.

La plus populaire concerne sa supposée « véritable identité » : la ministre est accusée de s’être séparée de son nom d’origine, Claudine Dupont, au profit de celui de Najat Vallaud-Belkacem, à des fins électoralistes. C’est évidemment faux et cette rumeur a été démontée dès 2013 par le site Hoaxbuster.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé