Christiane Taubira quitte l'Elysée, le 20 janvier 2016.
Christiane Taubira quitte l'Elysée, le 20 janvier 2016. - SIPA

Après plusieurs couleuvres avalées, la dernière en date sur la déchéance de nationalité, Christiane Taubira démissionne ce mercredi, a annoncé l'Elysée. L'ex-ministre de la Justice est remplacée par le député PS et président de la Commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas, annonce un communiqué de la présidence.

Le timing de cette annonce n'est pas anodin, puisque la Guyanaise a décidé de mettre fin à ses fonctions au moment où Manuel Valls doit défendre en personne, en commission de l'Assemblée, les propositions sur la déchéance de la nationalité, un texte sur lequel elle n'a cessé de dire son opposition depuis plusieurs semaines. D'ailleurs, le communiqué de l'Elysée précise que François Hollande et Christiane Taubira «ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s'ouvre à l'Assemblée nationale, aujourd'hui (mercredi) en Commission des Lois», a annoncé l'Elysée dans un communiqué envoyé juste avant le Conseil des ministres.

La principale intéressée a immédiatement commenté son propre départ:

 

Christiane Taubira «aura mené avec conviction, détermination et talent la réforme de la Justice et joué un rôle majeur dans l'adoption du mariage pour tous», a salué François Hollande.

Mots-clés :