Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois, le 9 février 2015 à Levallois.
Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois, le 9 février 2015 à Levallois. - ISA HARSIN/SIPA

L'année 2016 commence mal pour le député-maire (Les Républicains) de Levallois-Perret Patrick Balkany, qui a été mis en examen ce mardi pour déclarations mensongères sur son patrimoine, selon une source proche enquête. Un nouveau chef d'accusation pour l'élu des Hauts-de-Seine qui est déjà mis en examen pour fraude fiscale - depuis le 14 janvier, corruption passive et blanchiment de fraude fiscale.

>> A lire aussi: Patrimoine, corruption, détournements... Les affaires de Patrick Balkany

Son avocat dénonce un «acharnement»

L'avocat de Patrick Balkany, Maître Grégoire Lafarge, a dénoncé «une violation réitérée du secret de l'instruction» et «un acharnement qui n'a plus rien de juridique». L'épouse du député-maire, Isabelle Balkany, est également poursuivie pour blanchiment de fraude fiscale. 

Patrick et Isabelle Balkany devant la mairie de Neuilly (Hauts-de-Seine) le 16 avril 2014. - REAU ALEXIS/SIPA

 

Les juges soupçonnent Patrick Balkany d'avoir omis de déclarer, entre avril 2011 et janvier 2014, une partie substantielle de son patrimoine et «fourni une évaluation mensongère» dans les déclarations, selon une source proche du dossier.

L'enquête menée par les magistrats financiers Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon concerne la propriété où vit le couple à Giverny (Eure), mais donnée à leurs enfants en nue-propriété, et trois villas, deux situées sur l'île antillaise de Saint-Martin et une autre à Marrakech, Dar Gyucy. Ces biens immobiliers ont été saisis par la justice, à l'exception d'une des deux maisons antillaises, depuis revendue.

«Le patrimoine des époux Balkany est important. Pourtant aucun bien n'est à leur nom», relève une ordonnance de saisie des juges, selon une source proche du dossier. «Ils ne disposaient pas de revenus leur permettant d'acquérir un tel patrimoine. Ils ont organisé leur insolvabilité», soupçonnent les juges, selon la même source. Les magistrats sont convaincus que le couple a eu recours à des sociétés du Liechtenstein, de Singapour ou de Panama, afin d'éviter d'apparaître comme propriétaires.

Mots-clés :