Le député Les Républicains François Fillon, en meeting le 10 décembre 2015 à Nantes.
Le député Les Républicains François Fillon, en meeting le 10 décembre 2015 à Nantes. - SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Pour François Fillon, la primaire à droite en novembre 2016, c’est quitte ou double. L’ancien Premier ministre a annoncé ce vendredi que s’il échoue à gagner cette élection désignant le champion de la droite à la présidentielle de 2017, il quitte la politique. Cette primaire se tiendra les 20 et 27 novembre 2016, a confirmé ce vendredi le responsable de cette élection.

>> A lire aussi : Primaire 2016 à droite : Après quoi les candidats courent-ils ?

Le candidat déclaré à la primaire a expliqué ce vendredi sur BFMTV-RMC : « Si je ne suis pas suivi sur cette question, je quitte la politique ». « Ce n’est pas pour bouder dans mon coin parce que je n’ai pas obtenu la majorité que je voulais », a-t-il jugé.

« Compétition à égalité »

L’ancien Premier ministre aura pourtant fort à faire pour gagner cette élection. François Fillon est aujourd’hui distancé par le maire de Bordeaux Alain Juppé, lui aussi ancien Premier ministre, et Nicolas Sarkozy, qui ne s’est pas encore officiellement lancé dans la compétition.

Mais le défi ne semble pas impressionner François Fillon, qui estime qu’il « est maintenant dans une compétition, à égalité », avec les autres.

Critique de Valls à « ONPC »

Dans cette même interview, François Fillon a ironisé sur son successeur de gauche, Manuel Valls. Le locataire de Matignon participe à l’émission « On n’est pas couché » diffusée samedi soir, ce qui hérisse François Fillon.

En effet, le député, comme Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, refuse de participer à ce type d’émission. « Les hommes politiques qui s’y rendent se ridiculisent, les Français ne s’attendent pas à cela, ils ne veulent pas que les politiques fassent un one-man-show », a jugé François Fillon.

>> A lire aussi : « On n’est pas couché » : Quand la politique fait son show, quitte à se brûler

Après un passage au « Petit Journal » et des tribunes sur Facebook, Manuel Valls sera samedi soir le premier chef du gouvernement à se rendre sur le plateau de l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché ». Cette participation a suscité des critiques dans l’opposition concernant l'« infotainment ».

Mots-clés :