Frédéric Lefebvre, député UMP des Français d'Amérique du Nord, le 7 septembre 2014 à La Baule
Frédéric Lefebvre, député UMP des Français d'Amérique du Nord, le 7 septembre 2014 à La Baule - Jean-Sébastien Evrard AFP

Créer une allocation universelle « sans aucune contrepartie et dès la naissance » pour « éradiquer la pauvreté ». Telle est l’idée défendue ce vendredi par l’ancien secrétaire d’Etat Frédéric Lefebvre (Les Républicains).

Cette allocation serait financée « en supprimant tout ce maquis de système d’allocations, d’aides sociales et y compris avec toutes ces administrations qui les gèrent, qui les contrôlent », a expliqué le député des Français résidant en Amérique du Nord sur iTÉLÉ.

Il n’a pas donné davantage de détails sur les réformes nécessaires pour adapter un tel système au modèle social français.

Un amendement déposé mi-novembre

La Finlande a annoncé début décembre qu’elle testerait en 2017 un revenu de base universel versé chaque mois à chaque citoyen, sans condition, dans le but de parvenir à réduire la dépense publique sur la protection sociale. Le pays fait le pari d’éliminer la crainte de perdre telle ou telle prestation si on accepte un emploi.

Lefebvre, qui avait déposé un amendement en faveur de cette idée mi-novembre, a évalué cette allocation à un montant de « 5/600 euros » de la naissance jusqu’à 18 ans, puis de « 800 à 1.000 euros ou plus ». Elle permettrait selon lui « à chaque individu de reprendre la main sur son destin ».

« Comment éradiquer la pauvreté et s’adapter au modèle de demain ? », a-t-il interrogé. « Pensez que nous entrons dans un modèle où de nombreux emplois vont être détruits par les nouveaux modes de travail et que dans ces conditions il nous faut inventer un nouveau modèle », a-t-il argumenté.

Une idée défendue par plusieurs politiques

Citant des expérimentations réalisées aux Pays-Bas ou au Canada, il a assuré qu’elles avaient montré un impact sur « le comportement (…) avec des gens qui se sont au contraire encore plus investis dans le travail ».

« Vous pouvez le cumuler avec votre travail, vous pouvez du coup vous lancer dans la création d’entreprise », a-t-il décrit.

En France, Frédéric Lefebvre n’est pas le premier à évoquer cette idée. Europe Ecologie-Les-Verts, mais aussi Christine Boutin ou Dominique de Villepin, à droite, ont proposé des projets similaires, mais avec des modalités, des noms ou des montants différents.

Mots-clés :