«On est en train de dérouler le tapis rouge au FN», s'alarme le grand maître du Grand Orient

POLITIQUE « La République est en danger », met en garde Daniel Keller, à la tête de la première obédience maçonnique...

20 Minutes avec AFP

— 

Daniel Keller, le grand maître du Grand Orient de France, le 29 août 2014.

Daniel Keller, le grand maître du Grand Orient de France, le 29 août 2014. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

«On est en train de dérouler le tapis rouge au Front national.» A quelques semaines des élections régionales, Daniel Keller, le grand maître du Grand Orient de France, s'alarme de la percée du FN et exhorte au «désistement républicain» en cas de triangulaire, dans une interview au Journal du Dimanche.

«Ce qui paraissait impossible devient chaque jour un peu plus vraisemblable s'agissant de la présidentielle de 2017», déclare celui qui a été réélu en août, pour la troisième et dernière fois, grand maître de la première obédience maçonnique. «La République reste un combat. Ce n'est pas un régime acquis définitivement. Si tout le monde baisse les bras, je le dis : la République est en danger», met-il en garde. «On ne peut pas exclure que la France soit à la veille d'une explosion sociale. Fermer les yeux ne servirait à rien», prévient encore Daniel Keller.

«Le désistement, ce n'est pas une magouille»

Dénonçant tour à tour «les ressorts politiques au fondement du FN» que sont «la désignation de boucs émissaires, la tentation populiste et la dénonciation de la classe politique dans sa globalité sur le thème du "tous pourris!"», le responsable invite le PS et le parti Les Républicains à se désister en cas de triangulaire.

«En ce qui concerne les élections à venir, le désistement républicain est, selon moi, le minimum à faire. Il faut éviter au maximum des triangulaires au second tour des régionales», énonce-t-il. «Le désistement, ce n'est pas une magouille. C'est accepter de sacrifier ses propres couleurs pour l'intérêt général», fait-il valoir.

Enfin, Daniel Keller évoque la «chance» que représentent, selon lui, les migrants pour l'Europe : «Je ne dis pas que la France doit accueillir tous les réfugiés du monde mais les chiffres dont on parle aujourd'hui n'ont rien d'insurmontable quand on se souvient des rapatriés d'Algérie ou des Espagnols qui ont fui le franquisme». Le Grand Orient de France (GODF) compte 52.000 membres sur les quelque 170.000 francs-maçons français.