VIDEO. Quand Manuel Valls utilise le terme de «guerre de civilisation»

POLITIQUE Le Premier ministre reprend un terme cher à la droite, et plus particulièrement à Nicolas Sarkozy…

— 

Manuel Valls, le Premier ministre, le 27 juin 2015 à Paris.

Manuel Valls, le Premier ministre, le 27 juin 2015 à Paris. — Eric DESSONS /LE JDD/SIPA

Deux jours après l’attentat en Isère, le Premier ministre Manuel a évoqué la lutte contre le terrorisme ce dimanche matin, employant le terme de « guerre de civilisation » lors de l’émission Le « Grand Rendez-vous » d’Europe 1-ITELE-Le Monde. Il a cependant précisé : « Ce n’est pas une guerre entre l’Occident et l’islam ».

Pour Manuel Valls, la «bataille» se situe «aussi, et c'est très important de le dire, au sein de l'islam. Entre d'un côté un islam aux valeurs humanistes, universelles et de l'autre un islamisme obscurantiste et totalitaire».

Attentat en Isère : Toutes les infos à suivre dans notre live ce dimanche

La formule de « guerre de civilisation » n’a rien d’anodine. Elle fait référence à l’ouvrage polémique Le choc des civilisations du politologue américain Samuel Huntington, qui été largement repris par les néo-conservateurs américains dans les années 2000. Et elle avait été utilisé, après les attentats de janvier à Paris et au Danemark en février, par l’un des plus grands adversaires politiques du chef de gouvernement, à savoir Nicolas Sarkozy.

L’ancien chef d’Etat expliquait que les attentats relevaient « d’une guerre déclarée à la civilisation. La civilisation a une responsabilité de se défendre. C’est ce que nous sommes décidés à faire ».

« Réalisme » pour la droite

Au parti Les Républicains ce dimanche, on se réjouit que le Premier ministre utilise ce terme, estimant que Manuel Valls fait désormais preuve de «réalisme». Le porte-parole Sébastien Huyghe s’est fendu d’un tweet : « Après avoir insulté pendant des années Nicolas Sarkozy qui le disait, Valls reconnaît enfin que nous sommes dans une guerre de civilisation ». Le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi a quant à lui estimé : « Quand Sarkozy le dit en janvier il est conspué par la gauche… Réalisme enfin ? ».

Le « Grand Ali », l’homme auprès duquel Yassin Salhi se serait radicalisé

Cependant, la formule n’a pas fait mouche parmi les centristes ou au Front national. « Ce n’est pas une guerre de civilisation, c’est une guerre de la barbarie contre la civilisation », a précisé François Bayrou, le président du MoDem, au 13h de TF1.

« Une catastrophe »

« Que la civilisation française dans ses grandes valeurs soit mise à mal, c’est une évidence », a déclaré le vice-président du FN Florian Philippot sur France 3 ce dimanche midi. Mais « si Manuel Valls parle de choc des civilisations, non ». « Ca, c’est la rhétorique qui a autorisé la guerre en Irak, celle de George Bush, une catastrophe », a-t-il précisé.

Au Front national, cette formule avait créé une polémique en janvier, quand elle avait été utilisée par le député européen Aymeric Chauprade dans une vidéo pour expliquer une guerre de l’Occident contre une partie de l’islam. L’homme avait été désavoué par Marine Le Pen et été demis de ses fonctions au groupe FN au Parlement européen.