Boycott du Nutella: Ségolène Royal présente ses excuses aux Italiens

POLÉMIQUE Les propos de la ministre de l'Ecologie avaient suscité de vives réactions en Italie...

Fabien Randanne

— 

Illustration Nutella dans les rayons d'un supermarché.

Illustration Nutella dans les rayons d'un supermarché. — SIMON ISABELLE/SIPA

Les Italiens en ont avalé leur tartine de travers. En déclarant, lundi soir sur le plateau du Petit Journal, « [qu’] il faut arrêter de manger du Nutella » parce qu’il contient de l’huile de palme « qui a remplacé les arbres, et donc c’est des dégâts considérables », Ségolène Royal devait se douter que ses propos ne manqueraient pas de traverser les Alpes… Parce qu’en Italie, où se trouve le siège de Ferrero, l’entreprise qui a créé la célèbre pâte à tartiner, on ne plaisante pas avec le Nutella, véritable fierté nationale.

« Ferrero utilise de l’huile de palme respectant le développement durable pour ses produits confectionnés à Villers-Ecalles [Haute-Normandie] », a réagi Ferrero, cité par La Stampa. La référence au site de production français est aussi un moyen de rappeler que l’entreprise joue un rôle dans l’économie de l’Hexagone.

Pour tenter d’éteindre la polémique, la ministre de l’Ecologie a présenté ce mercredi ses excuses sur Twitter.

 

Un peu plus tard, au micro de Public Sénat, elle a précisé : « C’était des propos tenus dans une émission qui se veut un peu humoristique. Je comprends que cela ait pu soulever un certain nombre de troubles. Je veux éteindre la polémique. »

« Grave dérapage de la France sur l'excellence italienne »

Ce mea culpa fait suite aux vives réactions suscitées ces dernières heures par les propos de Ségolène Royal. Mardi, Michele Anzaldi, député Parti démocrate italien et membre de la commission Agriculture, avait exigé des excuses de la ministre française de l’Ecologie pour le « grave et vilain dérapage de la France sur l’excellence italienne ».

 

Le ministre italien de l’Environnement, Gian Luca Galetti, s’était aussi fendu d’un tweet à son homologue transalpine : « Ségolène Royal est déconcertante : laissez les produits italiens tranquilles. Ce soir, au dîner… ce sera pain et Nutella. »

 

Ce mercredi, Agnese Renzi, l’épouse du Président du conseil italien Matteo Renzi, a profité de sa visite à l’Expo universelle de Milan - dont le thème est « Nourrir la planète, énergie pour la vie » - pour déguster une crêpe au Nutella sous l’objectif des caméras et appareils photo. Les médias italiens, dont La Stampa, n’ont pas manqué d’y voir un message adressé à Ségolène Royal… La démonstration (savoureuse) que les spécialités françaises et italiennes peuvent faire bon ménage ?
 

« La France contre le #Nutella ? La réponse d’Agnese Renzi à l’Expo »

Mais les plus virulents ont sans conteste été les citoyens italiens qui ont été nombreux à faire part de leur indignation, notamment sur les réseaux sociaux, avec plus ou moins de véhémence, d’humour et de mesure.

« Vous, les Français, ne nous brisez pas les noix avec le Nutella et tartinez vos baguettes avec votre pâté de thon pourri. Et rendez-nous la Joconde ! »

« Dites aux Français que la Joconde est peinte avec des couleurs à l’huile de palme, c’est le bon moment pour la faire rentrer à la maison [en Italie]. #Nutella »

« Si les Français boycottent notre Nutella, nous, on boycottera leur Coca Cola (citation de [Francesco Totti]) #JeSuisNutella » (Précision : La citation est inventée. Les blagues sur le footballeur Francesco Totti et ses déclarations absurdes - réellement prononcées ou non - sont très populaires en Italie).

« Le raisonnement de Royal est infaillible : pour sauver la planète, les Français doivent se passer de Nutella mais s’accrocher à l’énergie nucléaire. »

« DUELS DE FRONTIÈRES. On ne sait pas si la plus vive polémique qu’on [l’Italie] a avec la France concerne les migrants à Vintimille ou le Nutella. »

Et ce n’est là qu’un très petit aperçu des tweets agacés que l’on pouvait consulter en ligne. Après les excuses de Ségolène Royal, la polémique retombera-t-elle du bon côté de la tartine ?