VIDEO. Béziers: Robert Ménard avoue un fichage d'élèves dans sa mairie

POLEMIQUE Le procureur de Béziers a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire après ses propos...

Vincent Vantighem

— 

Robert Ménard, le maire de Béziers, sur le plateau de «Mots Croisés» de France 2.

Robert Ménard, le maire de Béziers, sur le plateau de «Mots Croisés» de France 2. — Capture France 2

«Je sais que je n’ai pas le droit mais on le fait…» Drôle d’ambiance sur le plateau de Mots Croisés sur France 2, lundi soir. Invité à commenter la vie politique française, Robert Ménard, le maire de Béziers proche de Marine Le Pen, assure que les écoles de sa ville comptent 64,9% d’enfants de confession musulmane.

Ouverture d'une enquête, saisine de la CNIL: Les suites de cette affaire

Intrigués par l’annonce de ce chiffre alors que les statistiques ethniques et religieuses sont rigoureusement interdites par la loi française, les intervenants de l’émission relancent l’édile. «Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de vous dire que le maire a les noms classe par classe des enfants (…) Les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence…» Le procureur de Béziers a annoncé ce mardi l'ouverture d'une enquête préliminaire.

Retrouvez la vidéo intégrale en cliquant ici.

La mairie de Béziers fait marche arrière


Présentes sur le plateau, Rama Yade (UDI) et Clémentine Autain (Front de Gauche) tentent de rebondir. Mais trop tard, l’émission touche à sa fin. Heureusement pour Robert Ménard, les réseaux sociaux sont là pour s’offusquer… Ce mardi matin, c'est pas ce biais-là que Christiane Taubira a tenu à critiquer le premier édile de Béziers.

 

Devant le tollé, la ville de Béziers a fait marche arrière, tentant de dédouanner le maire et accusant les médias qui «croient pouvoir imputer au maire de Béziers un certains nombres de faits».

«La mairie de Béziers ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichiers des enfants scolarisés dans les écoles publiques de la ville. Le voudrait-elle qu'elle n'en a d'ailleurs pas les moyens. Il ne peut donc exister aucun "fichage" des enfants, musulmans ou non», écrit la ville sur Facebook. Et d'ajouter: «Le seul fichier existant à notre connaissance recensant les élèves des écoles publiques de la ville est celui de l’Éducation nationale. C'est donc à elle, et elle seule, de rendre publique cette liste. Elle ne le fera certainement pas au prétexte de motifs juridiques».