Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à son arrivée le 11 janvier 2015 au palais de l'Elysée à Paris
Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à son arrivée le 11 janvier 2015 au palais de l'Elysée à Paris - Dominique Faget AFP

Roger Cukierman, président du Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif) était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, ce lundi matin sur Europe 1. Le Crif reçoit ce lundi soir François Hollande pour son dîner annuel. «C'est un moment important parce que nous avons vécu une période extrêmement difficile», a déclaré Roger Cukierman en remerciant les «forces de police et l'armée» pour leur protection.

Marine Le Pen, «irréprochable personnellement»

Interrogé aussi sur les prochaines élections départementales, pour lesquelles un sondage donne le FN en tête des intentions de vote, Roger Cukierman a estimé que le parti de Marine Le Pen était à éviter. Mais il a nuancé toutefois ses propos: «Je crois qu'on est tous conscients dans le monde juif que derrière Marine Le Pen, qui est irréprochable personnellement, il y a tous les négationnistes, tous les vichystes, tous les pétainistes», a-t-il déclaré.

Le FN, «un parti qui ne commet pas de violences»

«Le Front national est un parti pour lequel je ne voterai jamais, mais c'est un parti qui aujourd'hui ne commet pas de violence», a-t-il poursuivi. «Il faut dire les choses: toutes les violences aujourd'hui sont commises par des jeunes musulmans. Bien sûr, c'est une toute petite minorité de la communauté musulmane et les musulmans en sont les premières victimes.»

Roger Cukierman a ensuite tenu à préciser ses propos, indiquant à l'AFP que «madame Le Pen n'est pas fréquentable parce qu'elle ne s'est pas désolidarisée des propos de son père». «Son parti est rempli de vichystes et de pétainistes» et il «n'est pas souhaitable pour la France», a-t-il estimé, ajoutant: «Je ne voterai jamais pour le FN.»

Les propos de Roger Cukierman font bondir Serge Klarsfeld

La distinction entre Marine Le Pen et son parti avait fait bondir Serge Klarsfeld: «Mme Le Pen n'a pas rompu avec son père. Elle dirige le Front national qui porte le passif des prises de position antisémites du père qui est président d'honneur du Front national», avait réagi auprès de l'AFP l'avocat et historien, fils d'un déporté à Auschwitz-Birkenau.

Ni Marine Le Pen (FN) ni Jean-Luc Mélenchon (PG), l'un et l'autre dénonçant régulièrement une réunion «communautariste», ne viendront à ce rendez-vous qui attire 700 invités dont de nombreuses personnalités politiques de tous bords.

Mots-clés :