La ministre de l'Education nationale a enjoint vendredi les médias à prendre «une part de responsabilité dans ce qu'ils rapportent», se déclarant «préoccupée» par les rumeurs et théories du complot auxquels les enfants peuvent croire, deux semaines après les attentats en région parisienne.

Lors d'une table ronde au collège Jean Moulin de Pontault-Combault (Seine-et-Marne), Najat Vallaud-Belkacem a dit vouloir «profiter de la présence des médias» venus pour couvrir l'évènement, et a déclaré qu'«il [fallait] qu'ils prennent une part de responsabilité dans ce qu'ils rapportent».

La question d'un JT pour enfants posée

Entourée d'une vingtaine de collégiens, et en présence du Premier ministre Manuel Valls, la ministre s'est alors interrogée: «Est-ce qu'il ne faudrait pas un journal télévisé d'actualité pour les enfants?»

«Il faut se rendre compte de ce que les enfants retiennent en voyant les médias. L'imaginaire d'un enfant n'est pas suffisamment structuré (...) ça fait un magma d'information», a-t-elle alors expliqué, s'avouant «préoccupée quand je vois à quel point de vulnérabilité ils en sont».

Les théories conspirationnistes se sont multipliées

«C'est à l'école de les aider, mais pas que», a conclu Najat Vallaud-Belkacem.

Les théories conspirationnistes les plus folles se sont multipliées sur Internet quelques heures seulement après l'attaque contre Charlie Hebdo. Parmi les plus répandues: la présence de plusieurs véhicules utilisés par les frères Kouachi qui serait attestée par des rétroviseurs blancs sur une image, près des lieux de l'attaque, et noirs peu après, une fois la voiture abandonnée. Sauf que le modèle utilisé dispose de rétroviseurs chromés dont la couleur change en fonction de la lumière.