VIDEO. Émeutes à Ferguson: Christiane Taubira accusée d'ingérence après ces tweets critiques

POLEMIQUE La sortie de la ministre est critiquée. Et pas qu’à droite…

W.M. avec AFP

— 

Christiane Taubira, à Paris, le 27 octobre 2014.

Christiane Taubira, à Paris, le 27 octobre 2014. — WITT/SIPA

Les valeurs d’amour et de paix véhiculées par Bob Marley, mises en avant par Christiane Taubira, n’auront pas percé le cœur de Christian Estrosi. Le député UMP a fortement réagi mardi sur i>Télé, après les tweets de la ministre de la Justice en réaction à la décision aux Etats-Unis de ne pas poursuivre un policier blanc qui a tué un jeune Noir.

«Quel âge avait #Mickael Brown? 18 ans. #Trayvon Martin? 17. #Tamir Rice? 12. Quel âge le prochain? 12 mois? “tuez-les avant qu'ils ne grandissent” Bob Marley», a tweeté la Christiane Taubira, reprenant la phrase «Kill them before they grow» attribuée à un sheriff par Bob Marley dans sa chanson «I Shot The Sheriff».

«J’ai honte pour mon pays»

Christian Estrosi a parlé d’un «énorme dérapage» et d’une volonté d’«ingérence» de la part de la garde des Sceaux. «Madame Taubira, alors qu'elle ne sait même pas ce qu'il s'est passé cette nuit aux Etats-Unis et qu'elle n'a aucune information, se permet de porter un jugement sur la justice américaine, mais dans quel monde est-on? J'ai honte pour mon pays d'avoir un garde des Sceaux comme madame Taubira», a-t-il dit après une longue anaphore dans laquelle il accuse notamment la ministre de «favoriser le communautarisme en France.»

Il n’y a pas qu’à droite que la ministre est critiquée. Le président PS de la commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas, a estimé sur France 3 que «si le président de la commission des Lois du Congrès émettait des réserves sur la justice française je lui demanderais de s'occuper de son pays, donc moi je me garde de critiquer les institutions des autres nations, surtout quand elle est le produit d'un jury.» Réaction similaire du côté du FN.

Mais refusant d'y voir une «maladresse» mais plutôt un «point de vue», Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère, a cependant demandé: «Qui n'a pas eu d'émotion? Je crois qu'il y a un pas entre l'émotion et le commentaire sur les institutions d'un pays démocratique, qui plus est composé par un jury.»

D’autres commentateurs politiques ont aussi émis des réserves. Comme le communiquant Philippe Moreau Chevrolet.