Les Français ne sont pas tendres avec les élus «véreux». Une large majorité d'entre eux sont, ainsi, favorables à une inéligibilité à vie des élus condamnés pour détournement de fonds, fraude fiscale ou corruption.

C'est, en tout cas, ce que l'on apprend du dernier sondage réalisé par Opinion Way pour l'association Powerfoule.org, qui se présente comme «un mouvement citoyen rassemble et mobilise dans l'action toutes celles et ceux qui veulent une France plus juste, égalitaire, démocratique et responsable».

>> A lire aussi Polynésie: La justice rejette le recours de Gaston Flosse contre son inéligibilité

Des peines allant de cinq à 15 ans

Ainsi, quelque 85% des Français considèrent qu'un élu condamné pour détournement de fonds publics ne devrait «plus jamais» pouvoir se présenter à une élection, 84% pensent la même chose pour un élu condamné pour corruption, 73% pour un élu condamné pour fraude fiscale.

Dans de bien plus faibles proportions, les sondés se prononcent pour des peines d'inéligibilités à durée variable (dès la peine purgée ou l'amende payée, pendant cinq, dix ou 15 ans). Par exemple, la possibilité de se représenter à des élections après un minimum de dix ans serait envisageable aux yeux de 8% des Français interrogés pour un élu condamné pour fraude fiscale, 5% pour corruption et 4% pour détournement de fonds publics.

Campagne anticorruption

Powerfoule.org a lancé, lundi, campagne en ligne invitant les Français à demander aux députés de durcir les sanctions contre la fraude et la corruption et de soumettre au vote une proposition de loi de députés UMP, dont Dino Cinieri et Pierre Morel à L'Huissier, sur une peine d'inéligibilité pouvant être perpétuelle pour tout élu condamné pour fraude fiscale ou corruption.

Le sondage a été effectué en ligne les 19 et 20 novembre 2014, sur un échantillon de 1.016 personnes, âgées de 18 ans et plus. Des sondés qui jugent à 90% la fraude fiscale répandue parmi les élus français (suivent la fraude fiscale et la corruption à plus de 80%).

Mots-clés :