M. Sarkozy a quitté le ministère après passation de témoin à François Baroin, son successeur dont la nomination a été annoncée le matin même par un communiqué de l'Elysée.
M. Sarkozy a quitté le ministère après passation de témoin à François Baroin, son successeur dont la nomination a été annoncée le matin même par un communiqué de l'Elysée. - Thomas Coex AFP

Pierre Koetschet

On lui a tellement reproché de faire sa campagne aux frais de l’Etat que Nicolas Sarkozy a dû apprécier le moment. «Me voilà libre, libre d'aller vers les Français!», avait-il déclaré lors de son discours d’adieu. Il commence gare de Lyon, en route vers Avignon. Cette fois, pas d’avion gouvernemental, mais le TGV, comme tout le monde ou presque.

Accessible

Car Nicolas Sarkozy a beau jouer au candidat modeste, rares sont les citoyens attendus par une quarantaine de journalistes et autant de sympathisants. Entouré d’une nuée de caméras, le candidat UMP a tout de même essayé de se montrer disponible. Un petit mot pour chacun, une photo pour celles qui le demandent, Nicolas Sarkozy se veut accessible.

«presque par hasard»

La quarantaine de sympathisants, plutôt discrets, l’a accueilli aux cris de «Nicolas président» à son entrée dans le bâtiment. Quelques étudiants, jeunes actifs, ainsi que des militants plus âgés. Officiellement, ils sont là «presque par hasard», «profitant d’une pause déjeuner», mais toute la matinée, la fédération UMP de Paris a essayé de rameuter le maximum de sympathisants pour le départ du candidat. Nicolas Sarkozy avait une demi-heure à tuer avant le départ du TGV direction Avignon. Comme un citoyen ordinaire, il est donc aller manger un morceau au Train Bleu, avant de rejoindre son wagon de première classe.

En vidéo, Audrey Canestrier, sympathisante de 26 ans, explique pourquoi elle est venue gare de Lyon:

Sarkozy, citoyen ordinaire gare de lyon
envoyé par 20Minutes