François Hollande lors du sommet de l'Otan de Newport, en Grande-Bretagne, le 4 septembre 2014.
François Hollande lors du sommet de l'Otan de Newport, en Grande-Bretagne, le 4 septembre 2014. - ALAIN JOCARD / AFP

«J’ai trop souffert du mensonge pour en commettre à mon tour», annonce Valérie Trierweiler dans son livre brûlot Merci pour ce moment (ed. Les Arènes) paru jeudi.

un homme empêtré dans le mensonge

Cet ouvrage, revendiqué comme la part de vérité de celle qui se qualifie d’ex-première Dame, décrit François Hollande, perpétuellement empêtré dans le mensonge. Et incapable d’assumer ses actes. Lorsque Valérie Trierweiler l’interroge sur Julie Gayet et lui demande de jurer sur la tête de son fils que la rumeur est fausse, «Il jure sur la tête de mon fils et me demande de le laisser tranquille avec cette pseudo-histoire.»

Idem selon Valérie Trierweiler concernant son soutien à Ségolène Royal, candidate PS contre Olivier Falorni dans la circonscription de La Rochelle, dont il lui affirme la veille qu’il ne fera rien pour la soutenir avant d’envoyer le lendemain un communiqué assurant la candidate de son soutien. Et de se défausser sur son secrétaire général, à l’époque Pierre-René Lemas.

>> Lire: «Techniquement, François Hollande peut descendre encore plus bas»

«Hollande ment tout le temps»

Cette description d’un François Hollande, lâche et ambigü, c’est aussi celle que ferait en privé l’ancien ministre Arnaud Montebourg. Dans Montebourg, moi président (ed. l’Archipel) Valentin Spitz rapporte cette conversation avec l’ancien ministre de l’Economie, au cours du mois de janvier 2014. «Oui, il a toujours envie de partir. Ayrault, Hollande? Il n’en peut plus. Mais cette fois, c’est pour le président qu’il a le moins d’indulgence." Hollande ment tout le temps, me dit-il. C’est pour ça qu’il est à 20 % dans les sondages. Il ment. Il ment tout le temps. Depuis le début".»

En avril 2014, il va plus loin: «J’ai des rapports minimalistes avec le président de la République. Je me considère en cohabitation. Le président préside, mais nous, on fait.» Désormais, la cote de confiance de François Hollande n’est plus que de 19 % dans le dernier sondage réalisé par l’institut CSA et publié jeudi. Elle est tombée à 13 % selon TNS Sofres, atteignant le plus bas niveau jamais atteint par un président dans ce «baromètre politique» réalisé pour le Figaro Magazine.

Mots-clés :