Le Vladivostok, un bâtiment de type Mistral commandé par la Russie aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire, le 23 juin 2014
Le Vladivostok, un bâtiment de type Mistral commandé par la Russie aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire, le 23 juin 2014 - Jean-Sébastien Evrard AFP

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, a défendu mardi la position de François Hollande au sujet de la livraison des navires Mistral à la Russie, question qu’il a qualifiée de «faux débat mené par des faux-culs.»

Le chef de l’Etat a indiqué lundi soir devant des journalistes que la livraison du 2e Mistral à la Russie «dépendra de l’attitude» de Moscou dans le conflit ukrainien. S’agissant du premier bâtiment, «le marché a été conclu en 2011, le bateau est quasiment achevé et doit être livré en octobre», faute de quoi «il faudrait qu’on rembourse 1,1 milliard d’euros» aux Russes, a-t-il affirmé.

«Ce n’est pas cela qui va amener Poutine à infléchir sa position»

Cette livraison à la Russie est critiquée en France mais aussi à l’étranger, notamment par le Premier ministre de Grande-Bretagne David Cameron. «C’est un faux débat mené par des faux-culs. Ce n’est pas cela qui va amener Poutine à infléchir sa position», a rétorqué Jean-Marie Cambadélis mardi sur i > TELE.

Quant à «David Cameron, quand on voit le nombre d’oligarques qui sont réfugiés financièrement à Londres, on devrait commencer par balayer devant sa porte», a estimé le député de Paris.

«Un moyen de pression sur Poutine»

François Hollande «ne recule pas, il livre le premier (Mistral) malgré le fait qu’on lui demande de ne pas le faire et il dit, pour le second, ça dépendra de la manière dont vous vous comporterez. C’est une manière de faire pression sur M. Poutine. Tout le monde devrait en faire autant», analyse Jean-Marie Cambadélis.

Quelque 400 marins russes sont arrivés il y a trois semaines à Saint-Nazaire pour se former à l’utilisation des deux navires, dont la construction représente 500 emplois pour les chantiers navals du port de Loire-Atlantique.

Mots-clés :