Elections européennes 2014: «Ce score du FN, c'est d'abord un problème franco-français»

ANALYSE Pour le directeur des études de la Fondation Robert-Schuman, les résultats de ce dimanche soir ne traduisent pas seulement un désaveu des Français vis-à-vis de l’Union européenne…

Fabrice Pouliquen

— 

Pour Thierry Chopin, de la fondation Robert-Schuman, «beaucoup d’électeurs ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement, mais aussi des partis traditionnels».

Pour Thierry Chopin, de la fondation Robert-Schuman, «beaucoup d’électeurs ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement, mais aussi des partis traditionnels». — ALAIN JOCARD / AFP

En réaction aux résultats du FN, Jean-Marc Ayrault invite l’Europe à changer sur Twitter. Avant de taper sur l’Union européenne, Thierry Chopin, directeur des études de la Fondation Robert-Schuman, invite pour sa part à régler «nos problèmes franco-français».

Ces 25% du FN aux élections européennes, c’est un choc aussi pour la Fondation Robert-Schuman?
Nous avions suffisamment scruté les enquêtes d’opinion pour nous attendre à ce score des extrêmes au niveau européen. Mais ces 25% du Front national en France, évidemment, c’est un choc. Cela aura des incidences sur notre pays au plan européen. En termes d’image déjà. Nous n’avons pas encore les résultats définitifs, mais le FN devrait multiplier par six son nombre de députés au Parlement européen et gagnera fortement en influence. Même si, encore une fois, il faut relativiser la montée de l’extrême droite en Europe. Quoi qu’il arrive, même si le FN parvient à créer un groupe parlementaire en s’alliant à d’autres partis européens, ce groupe ne modifiera pas sensiblement les équilibres politiques au sein du Parlement.

Mais au regard du score obtenu par le parti de Marine Le Pen, est-ce que les Français sont majoritairement eurosceptiques aujourd’hui?
Des enquêtes ont été menées sur cette question et montrent qu’encore aujourd’hui, un Français sur deux estime que l’appartenance de la France à l’UE est une bonne chose. Mais c’est certain, ce chiffre est en baisse ces dernières années. Nous avons même perdu quinze points en dix ans. Il y a une montée de la défiance des Français à l’égard de l’Union européenne qui repose sur la crainte des conséquences économiques et sociales de la construction européenne.

Sur Twitter, Jean-Marc Ayrault, en réaction au score du FN, invite l’Europe à changer… Êtes-vous du même avis?
Oui, il y a toujours des améliorations à faire. C’est d’ailleurs l’objet de nombreux débats politiques actuellement. Mais ces 25% obtenus par le FN ne montrent pas seulement un désaveu vis-à-vis de l’Europe. Beaucoup d’électeurs ont manifesté leur mécontentement vis-à-vis du gouvernement et plus largement des partis traditionnels. Avant de changer l’Europe, il y a d’abord de nombreux problèmes franco-français à régler. Pour rappel, le FN avait fait près de 18% à la dernière élection présidentielle. Cette fois-là, l’Europe n’avait rien à voir là-dedans.