Européennes: Mohamed Mechmache, symbole des banlieues, en route pour Strasbourg

PORTRAIT Ce porte-voix des quartiers populaires s'est lancé dans l'élection européenne en rejoignant la liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France...

Oihana Gabriel

— 

Mohamed Mechmache, candidat écolo aux élections européennes et porte-voix des banlieues. 
Lancer le diaporama

Mohamed Mechmache, candidat écolo aux élections européennes et porte-voix des banlieues. — O. Gabriel / 20 Minutes

«Je ne vote pas ici!», s’exclame une femme sur le marché des bosquets de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) alors que Mohamed Mechmarche glisse dans son panier de courses son tract. «Mais si, c’est pour toute l’Ile-de-France!» lui rétorque le candidat non encarté de la liste Europe Ecologie.

A 48 ans, Mohamed Mechmache a vécu plusieurs vies. Le fondateur d'AClefeu fut aussi conducteur routier avant de devenir animateur spécialisé. Après un détour par la mairie de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), l'associatif a rejoint cette année la liste d'Europe Ecologie pour les élections européennes dans le but de porter la voix des banlieues jusqu’à Strasbourg.

«Nous sommes des Français à part entière et non à part»

Depuis 2005 et l'embrasement des banlieues, cet éternel indigné veut redonner du pouvoir aux habitants des quartiers. Son credo? «Remettre le débat sur la table alors qu’on a l’impression d’être mis au ban de cette République. Nous sommes des Français à part entière et non à part.» 

Lui tente de passer de la dénonciation à la proposition: il signe un rapport et 30 propositions pour encourager la participation des habitants des quartiers à la vie politique. «Depuis, les habitants peuvent monter des conseils de citoyens pour donner leur avis sur la politique de la ville», plaide Mohamed Mechmache. Maigre consolation face aux promesses non tenues de la gauche. Le Président François Hollande n’a pasrespecté ses promesses de mettre en place en place le vote des étrangers, le récépissé pour les contrôles au faciès…»

Le défi de l’abstention

En troisième position en Ile-de-France sur la liste d’Europe Ecologie, qui compte aujourd’hui quatre députés européens, il espère avant tout convaincre les habitants des banlieues d’aller voter. Lui, un faire-valoir? «J’ai le même temps de parole que les autres candidats, on ne m’emmène pas que pour la photo. Je me sens à ma place.» Et s’il se retrouve à Strasbourg, il promet de garder plus qu’un pied dans les quartiers.

Mais ce candidat atypique a un défi de taille à relever. Intéresser des banlieues à une élection peut s’avérer difficile. Quand il s’agit d’Europe encore davantage. Aux dernières élections européennes, en 2009, les électeurs de Clichy-sous-Bois se sont abstenus à 77,36 %. Lui veut parler subventions européennes pour les petites associations, de revenu universel européen, d'échanges et de formations pour tous les jeunes Européens...

Sur le marché de Clichy, vendeurs comme passants saluent cette figure locale. «Adolesecent, j’ai travaillé six mois sur ce marché comme vendeur de vêtements pour me payer mes premières baskets», sourit Mohamed Mechmache, désormais père de trois filles.

Un carton en main, il rappelle qu’il n’y a qu’un tour, le 25 mai. «T’es devenu Vert maintenant?, l’interpelle un ami sur le marché des bosquets. Tout ça c’est du vent, c’est un monde de requins, ils vont te manger.» «Le "tous pourris" m’inquiète, reconnaît le candidat. Mais mon parcours devrait démontrer le contraire!»

Mots-clés :